Westend61/Getty Images

La prochaine révolution

NEW HAVEN – Depuis quelques siècles, le monde a connu plusieurs révolutions intellectuelles contre diverses formes d'oppression. Les révolutions naissent dans l'esprit humain et se répandent - parfois presque partout sur la planète - non par la guerre (dont les causes sont généralement multiples), mais par le langage et les moyens de communication. Et contrairement aux causes des guerres, les idées sur lesquelles elles reposent ne sont pas contestées.

Je pense que la prochaine révolution de ce type, probablement au cours de ce siècle, s'en prendra aux conséquences de notre lieu de naissance sur notre niveau de vie. Elle cherchera à redresser l'injustice qui fait que nous vivons plus ou moins bien selon que nous sommes nés dans un pays riche ou dans un pays pauvre. De plus en plus de gens travaillent pour les multinationales et rencontrent ainsi nombre de personnes qui vivent ailleurs, et prennent ainsi conscience de cette injustice.

Il existe des précédents. Dans son livre intitulé 1688: The First Modern Revolution [1688 : la première révolution moderne], l'historien Steven Pincus montre que l'on peut considérer la "Révolution glorieuse" anglaise non pas comme le renversement d'un souverain catholique par des parlementaires, mais comme le début d'une révolution mondiale en faveur de la justice. Ne songez pas à des combats guerriers, mais aux cafés de plus en plus nombreux qui sont devenus à cette époque des lieux de discussion et qui offraient des journaux à lire à leur clientèle. La Révolution glorieuse a marqué le début de la reconnaissance mondiale de la légitimité de groupes qui contestaient "l'unité idéologique" exigée par un roi tout puissant.

Common Sense [Sens commun], le livre de Thomas Paine a connu un énorme succès dans les treize colonies de l'Empire britannique en Amérique du Nord dès sa publication en janvier 1776. Il symbolise une autre révolution de ce type que l'on ne peut comparer à la Guerre d'indépendance contre les Britanniques qui a commencé l'année suivante et dont les causes étaient multiples. La diffusion de Common Sense a été très large, car il a été non seulement vendu, mais également lu à haute voix dans les églises et lors de réunions. L'idée que des monarques héréditaires soient spirituellement supérieurs aux autres hommes a été clairement rejetée. Aujourd'hui presque tout monde en convient, y compris les Britanniques.

On peut en dire autant de l'abolition progressive de l'esclavage qui est due essentiellement non à la guerre, mais à la prise de conscience de sa cruauté et de l'injustice qu'il constitue. Les soulèvements qui ont eu lieu en Europe en 1848 étaient avant tout une protestation contre un processus électoral réservé à une minorité d'hommes : les propriétaires et les aristocrates. Le suffrage a été accordé aux femmes peu après. Au 20° et au 21° siècle les droits civiques ont été étendus aux minorités raciales et sexuelles.

Toutes les révolutions en faveur de plus de justice résultent d'une meilleure communication. L'oppression fonctionne bien à distance, mais pas lorsqu'on est au contact direct des opprimés.

The World’s Opinion Page

Help support Project Syndicate’s mission

subscribe now

La prochaine révolution n'abolira pas les privilèges liés à notre lieu de naissance, mais ils vont s'éroder. La montée de l'hostilité aux immigrés un peu partout semble indiquer aujourd'hui la direction opposée, mais amplifié par les nouveaux moyens de communication, le sentiment d'injustice va continuer à croître. Et finalement la prise de conscience des injustices suscitera de profonds changements.

Pour l'instant cette prise de conscience est freinée par une montée de nationalisme enraciné dans un contrat social entre les citoyens d'un pays donné qui s'acquittent de leurs impôts ou ont accompli leurs obligations militaires pour construire ou défendre un pays qu'ils considèrent comme exclusivement leur. Ouvrir grand les portes à l'immigration leur semblerait une violation de ce contrat.

Néanmoins, les principales mesures qui seront adoptées pour compenser les injustices liées à la naissance ne concerneront probablement pas l'immigration, mais le développement de la liberté économique.

En 1948, le théorème d'égalisation des prix des facteurs de Paul Samuelson a montré que dans des conditions de concurrence idéale et en omettant le coût du transport, les forces du marché poussent à l'égalité des prix de tous les facteurs de production, notamment les salaires à des postes comparables, et ce partout dans le monde. Dans un monde parfait les travailleurs n'auraient pas besoin de s'expatrier pour bénéficier d'un salaire plus élevé. Il leur suffirait de participer à la production de biens destinés à être vendus partout sur la planète.

La technologie ayant réduit le coût du transport et des communications à presque rien, cette égalisation ne paraît plus hors d'atteinte. Cela supposerait cependant de supprimer les vieilles barrières qui s'opposent aux échanges et de ne pas en dresser de nouvelles.

Les récentes négociations sur des accords de libre-échange (le Partenariat transpacifique et le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement) ont connu des difficultés car des groupes d'intérêt ont essayé de les détourner à leur profit. On peut néanmoins espérer qu'en fin de compte elles déboucheront sur des accords de meilleure qualité.

Pour parvenir à une égalisation des prix des facteurs de production, il faut que les travailleurs puissent accomplir leur carrière en relation avec un pays dans lequel ils ne résident pas. Il faut aussi protéger les perdants du commerce international. Les USA ont adopté en 1974 un programme d'aide à la reconversion des travailleurs, le TAA (Trade Adjustment Assistance). Le président Obama a proposé de l'étendre, mais sans grand succès. Le Canada a appliqué en 1995 un programme analogue intitulé Projet de supplément de revenu et l’Union européenne a créé en 2006 le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation qui ne dispose que d'un modeste budget de 150 millions d'euros.

La prochaine révolution naîtra probablement des interactions quotidiennes par écrans d'ordinateur interposés avec des étrangers que l'on peut considérer comme intelligents et honnêtes, mais qui par le hasard de leur naissance vivent dans la pauvreté. Cela devrait conduire à de meilleurs accords commerciaux. Mais cela suppose que les pays concernés fassent auparavant un pas déterminé en matière de protection sociale pour protéger efficacement les plus faibles durant la transition vers un systéme économique mondial plus juste.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

http://prosyn.org/4KLfVw6/fr;
  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.