Kyoto et le jeu de dupe de l'UE

RIGA – Chaque année, la crise liée au réchauffement climatique paraît se rapprocher. Il va bientôt être trop tard pour des actions préventives. Le mantra aux trois chiffres magiques de l’Union européenne (20 - 20 - 20) vise à limiter de 20% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à leur niveau de 1990 et à augmenter de 20% la part des énergies renouvelables à l'horizon 2020. Mais cet objectif est-il vraiment réaliste ?

L'UE paraît avoir depuis longtemps un rôle leader dans la lutte contre le changement climatique. En matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, elle s'est engagée en 1994 à respecter les objectifs du Protocole de Kyoto qu'elle a ratifié en 2002. Les 15 membres de l'UE se sont engagés à parvenir à une baisse de 8% en 2010.

Les pays industriels qui n'ont pas ratifié ce protocole, en tout premier lieu les USA, ont été critiqués pour leur comportement irresponsable. Mais durant les 15 ans de la période 1990-2005, les 15 pays de l'UE n'ont réduit leurs émissions que de 2% et il est maintenant évident - hormis pour 5 d'entre eux - qu'ils ne vont pas atteindre les objectifs fixés. Dans le meilleur des cas, ils parviendront à une réduction de 4,6% en 2010, au lieu de 8%. Leur échec n'est pas surprenant. Par contre, ce qui est surprenant, c'est la manière dont ils ont réussi à faire passer cet échec pour un succès.

Quand l'engagement 20-20-20 a été adopté en mars 2007, cela a été présenté à cors et à cris comme un succès supplémentaire de l'UE dans sa lutte contre le changement climatique. La présidente du Conseil de l'UE, Angela Merkel, a évoqué un "grand pas en avant" et le président de la Commission européenne, José Manual Barroso, a déclaré qu'il s'agissait de "l'accord le plus ambitieux que l'on ait jamais vu".

Néanmoins en janvier 2008, au moment de la discussion sur le partage de la réduction des émissions entre les pays de l'UE, la Commission européenne a proposé de prendre comme référence les niveaux d'émission de 2005 au lien de 1990. Cette approche, adoptée comme base de négociation lors de la récente réunion du Conseil de l'UE, revient à autoriser certains Etats membres à ne pas atteindre les objectifs à valeur supposée contraignante fixés par le protocole de Kyoto.

La raison en est simple : les nouveaux membres admis en 2004  ont obtenu de meilleurs résultats que l'Europe des 15. Ils n'ont pas adopté d'objectif commun dans le cadre de Kyoto, mais se sont engagés collectivement à atteindre en 2010 une réduction d'environ 20% de leurs émissions par rapport à leur niveau de 1990.

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

La Lettonie, la Lituanie et l'Estonie sont parvenus en 2005 à réduire de plus de 50% leurs émissions par rapport à 1990. Il est vrai que c'est dû en partie à l'effondrement de son industrie hautement polluante de style soviétique. Mais en remplaçant 1990 par 2005 comme année de référence, la Commission européenne essaye de masquer l'échec de l'Europe des 15, tout en fixant des objectifs extrêmement élevés aux membres de l'UE les plus efficaces dans leur lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

En ne tenant pas compte des besoins des économies émergentes en pleine croissance qui ont atteint leur objectif - au profit de celles qui sont établies de longue date - la Commission récompense l'inefficacité, diminue l'impact de la politique européenne en matière de changement climatique et l'efficacité de son marché des émissions de gaz à effet de serre. Les pays de l'Europe des 15 étant à l'origine de 80% de ces émissions, ce sont eux qui doivent prendre la tête dans l'application des mesures contre le changement climatique. Il n'est que temps qu'ils accroissent leurs efforts.

The intention of the Kyoto Protocol was to limit temperature rises to 2°C above pre-industrial levels. By 2050 global GHG emissions need to be half of 1990's level to avoid surpassing this. With the failure of the EU-15 to honor its Kyoto commitment and the EU-15 switching to less ambitious emission reduction targets currently this seems out of reach.

https://prosyn.org/amlOEnkfr