boccaletti12_ MAURO PIMENTELAFP via Getty Images_rainforest carbon MAURO PIMENTEL/AFP via Getty Images

En défense des marchés du carbone basés sur la nature

LONDRES – Les marchés volontaires de compensation du carbone ont récemment essuyé une attaque, tandis que les critiques remettent en question l'efficacité des contrats visant à réduire le dioxyde de carbone atmosphérique par rapport à ce qui aurait eu lieu en l'absence du contrat. Les plus grandes préoccupations concernent les projets « fondés sur la nature » qui impliquent divers changements dans l'utilisation des terres – comme la protection des forêts, la plantation de nouvelles forêts (reboisement), etc.

Mais les imperfections de ces instruments n'ont rien de nouveau. Depuis plus de deux décennies, les écologistes et les forestiers travaillent à développer des méthodes plus sophistiquées pour satisfaire la foi des économistes en les instruments du marché. En ce sens, ils ont fait des progrès notables. Bien que les systèmes de compensation soient encore très complexes, il ne fait aucun doute qu'ils ont une raison d'être.

Imaginez que vous voyez ce que l'atmosphère voit. Le Sixième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat présente un aperçu du cycle du carbone de la planète, qui met en évidence le rôle fondamental de la conversion du CO2 par les plantes en cellulose et retour, à grande échelle. La photosynthèse terrestre consomme à elle seule 113 milliards de tonnes de carbone chaque année. En comparaison, l'humanité a ajouté environ 11 milliards de tonnes de carbone à l'atmosphère l'année dernière.

Le problème, bien sûr, c'est que les contributions cumulées des humains ne vont que dans une seule direction, alors que le carbone capturé par la végétation est normalement équilibré par un flux égal et opposé de la respiration et de la dégradation des plantes. En interférant avec le système climatique, nous l'avons déséquilibré, en ajoutant un flux net d'environ 5,9 milliards de tonnes dans le paysage et dans l'océan chaque année. En d'autres termes, la planète n'absorbe que la moitié de ce que nous injectons dans l'atmosphère.

Même une perturbation relativement petite dans ce vaste cycle naturel peut atteindre une échelle énorme. C'est pour cette raison que la nature est une option d'atténuation du climat si attrayante. Supposons que nous réussissions à éliminer les combustibles fossiles. Maintenir les températures moyennes mondiales à 1,5° ou 2° Celsius par rapport aux niveaux préindustriels nécessitera encore un important retrait du carbone. Les estimations varient, mais elles sont de l'ordre de 200 à 300 milliards de tonnes retirées par les usines avant 2100.

Mais ce n'est pas tout. L'atmosphère contient environ 870 milliards de tonnes de carbone sous forme de CO2 (dont un tiers a été ajouté depuis l'industrialisation) et le cycle du carbone relie ce stock atmosphérique à de vastes réservoirs. Le plus grand est l'océan, qui contient 900 milliards de tonnes à la surface et 37 mille milliards de tonnes de plus en dessous. La végétation terrestre et les sols contiennent également environ 2,15 mille milliards de tonnes et le pergélisol en contient 1,2 mille milliard de plus. En ce qui concerne l'atmosphère, des pertes de l'un de ces réservoirs pourraient facilement dépasser le carbone que nous brûlons (des 930 milliards de tonnes qui sont piégés dans les combustibles fossiles).

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

Loin d'être une préoccupation secondaire, la gestion des stocks et des flux de carbone dans les écosystèmes de la planète est essentielle pour maintenir l'équilibre de l'ensemble du système terrestre. Mais pour accomplir cette tâche, nous devrons penser différemment au paysage. Les paysages terrestres et les paysages marins ne sont pas seulement la toile de fond de notre vie. Ce sont des infrastructures publiques et comme toutes les infrastructures, il faut financer leur entretien.

Cependant, depuis le XIXe siècle, nous savons que payer pour les infrastructures en récompensant ses avantages marginaux (comme le font les compensations pour les interventions basées sur la nature) ne couvre presque jamais le coût total. Parce que les infrastructures de services publics comme une autoroute ou un aéroport ont tendance à ne pas avoir une valeur marginale assez élevée, la fiscalité doit couvrir le reste. La question la plus importante devient alors : Qui faut-il taxer ?

Pour illustrer ce point, prenons le cas du Brésil, dont les écosystèmes contiennent environ 60 milliards de tonnes de carbone dans la biomasse aérienne. Une façon d'estimer la valeur de ce stock est de supposer que nous évaluons le carbone à un prix donné, par exemple 50 dollars par tonne (à mi-chemin entre le prix du marché européen réglementé et les compensations basées sur la nature sur les marchés volontaires). Dans ce scénario, le Brésil abrite des écosystèmes d'une valeur de 10 mille milliards de dollars, soit plus de six fois le PIB du pays et bien plus que la valeur de ses 13 milliards de barils de réserves de pétrole.

Maintenant, combien le monde devrait-il payer au Brésil pour maintenir cette forêt en fiducie pour tout le monde ? En supposant une commission de 2 % sur la valeur des actifs (un taux raisonnable pour la plupart des gestionnaires d'actifs), le pays devrait recevoir 200 milliards de dollars par an. Dans ces conditions, le Brésil mettrait très certainement un terme à la déforestation en Amazonie.

Mais ici, la triste vérité nous rattrape. Rien ne prouve que la communauté internationale ait le désir de payer de telles sommes. En 2022, le total de l'aide directe à l'étranger s'élevait à seulement 186 milliards de dollars. Pendant des années, les pays riches n'ont pas honoré l'engagement de 2009 de mobiliser 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en développement à s'adapter au changement climatique.

En pensant les actifs naturels non pas comme des infrastructures mais comme des producteurs de services, nous finissons par nous appuyer sur les paiements volontaires que les sociétés font à la marge en échange de « compenser » une autre réduction qu'elles ne peuvent pas ou ne vont pas réaliser. Mais malgré toutes les lacunes de ce mécanisme, au moins il dirige un peu d'argent – même s'il s'agit d'une goutte d'eau dans la mer – vers la gestion du paysage du carbone.

Bien sûr, un examen supplémentaire des compensations est bienvenu pour apporter des améliorations. Mais ce serait une erreur fatale de conclure que la protection des forêts ou l'augmentation des puits de carbone de la Terre sont moins urgentes que la réduction des émissions de combustibles fossiles. Les compensations basées sur la nature négociées sur les marchés volontaires du carbone doivent être considérées comme une première étape. En fin de compte, nous devrons mettre en œuvre tous les points évoqués précédemment : mettre fin aux combustibles fossiles, maintenir les écosystèmes et augmenter la capacité de la nature à prélever du carbone, que nous puissions prouver ou non que de telles réductions n'auraient pas eu lieu de toute façon.

L'atmosphère ne se soucie pas de nos motivations, de nos scénarios contrefactuels ni de nos aléas moraux. Tout ce qu'elle voit, c'est que le carbone continue bel et bien de circuler. Les écosystèmes stockent le carbone et le captent dans l'atmosphère à des échelles significatives. Nous tous – contribuables, consommateurs et entreprises – devons payer pour ce bien public essentiel.

https://prosyn.org/onEId6kfr