reisch2_INA FASSBENDERAFP via Getty Images_fossil fuels INA FASSBENDER/AFP via Getty Images

Comment mettre fin aux combustibles fossiles ?

WASHINGTON, DC – Face aux vagues de chaleur record, aux phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents et coûteux, aux avertissements de plus en plus terribles selon lesquels le changement climatique est littéralement en train de nous tuer, les appels à abandonner les combustibles fossiles se font de plus en plus pressants. Or, l'industrie des combustibles fossiles redouble d'efforts en investissant dans de nouveaux projets pétroliers et gaziers et en procédant à de grandes fusions d'entreprises, en revenant sur ses engagements en matière de climat et en faisant de fausses promesses selon lesquelles elle peut continuer à pomper sans polluer. Nous devons abandonner les combustibles fossiles. Comment faire ?

Il est peu probable que la réponse émerge de la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28) organisée cette année à Dubaï par les pays pétroliers. La COP28 pourrait éventuellement déboucher sur un engagement politique en faveur de l'élimination progressive des combustibles fossiles, mais elle n’expliquera certainement pas comment parvenir à un avenir sans combustibles fossiles. Pour s'attaquer à ce que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé "la racine empoisonnée de la crise climatique", nous devons regarder au-delà de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour créer de nouveaux forums adaptés à cet objectif.

La bonne nouvelle, c'est que M. Guterres, le pape, de nombreux gouvernements nationaux et des organismes tels que l'Agence internationale de l'énergie se sont joints à l'appel mondial de plus en plus pressant en faveur de l'abandon progressif du charbon, du pétrole et du gaz. Lors du sommet de l'ONU sur l'ambition climatique en septembre, les gouvernements ont reconnu que la crise climatique était une crise des combustibles fossiles. La question n'est pas de savoir s'il faut sortir du pétrole et du gaz, mais comment.

La mauvaise nouvelle, c'est que l'industrie des combustibles fossiles, portée par des profits records à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, semble imperméable à cette pression. Pire encore, ces profits colossaux sont réinvestis dans l'exploitation du pétrole et du gaz. Alors que les catastrophes climatiques s'intensifient sous nos yeux, l'industrie responsable de près de 90 % des émissions de dioxyde de carbone fait le pari que ses produits polluants seront un pilier de l'économie mondiale pour les décennies à venir.

Pour forcer le changement, nous devons mettre en évidence la fragilité économique que crée la dépendance aux combustibles fossiles et son impact plus large sur les droits de l'homme. La dépendance à l'égard du pétrole, du gaz et du charbon rend les communautés plus vulnérables aux ruptures d'approvisionnement, qui affectent tout, du chauffage au transport en passant par les prix des denrées alimentaires. Ces perturbations touchent plus durement les populations les plus démunies tout en augmentant les profits de l'industrie.

Il convient de rappeler que les entreprises du secteur des combustibles fossiles ont sous-performé par rapport au marché au cours des dix années qui ont précédé la guerre en Ukraine. Cette décennie de déclin reflétait les tendances à long terme de la transition énergétique, que la récente hausse des bénéfices n'a pas modifiées. La demande en combustibles fossiles devant atteindre son maximum au niveau mondial d'ici à 2030, le pétrole et le gaz demeurent un mauvais pari.

Subscribe to PS Digital
PS_Digital_1333x1000_Intro-Offer1

Subscribe to PS Digital

Access every new PS commentary, our entire On Point suite of subscriber-exclusive content – including Longer Reads, Insider Interviews, Big Picture/Big Question, and Say More – and the full PS archive.

Subscribe Now

Le problème vient en partie du fait que les gouvernements ont réagi à la volatilité des prix en augmentant les subventions aux combustibles fossiles, plutôt qu'en imposant des taxes exceptionnelles. Ils ont également continué à approuver de nouveaux projets pétroliers et gaziers, y compris en mer dans des zones océaniques protégées. La production prévue est deux fois supérieure à ce qui est compatible avec l'objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5° Celsius au-dessus des niveaux préindustriels ; il n’y a tout simplement pas de place pour de nouveaux approvisionnements en pétrole et en gaz si le monde veut éviter une catastrophe climatique.

Si les combustibles fossiles semblent compétitifs par rapport aux énergies renouvelables de moins en moins chères, c'est uniquement parce que leur production a été subventionnée et que leurs producteurs ont été isolés des coûts associés aux dommages qu'ils causent. Les externalités négatives de l'industrie, longtemps supportées par les communautés de première ligne, sont aujourd'hui imposées aux populations du monde entier sous la forme d'incendies de forêt, d'ouragans, d'inondations et de sécheresses. Si nous contraignions les compagnies de combustibles fossiles à assumer les pertes qu'elles voient venir depuis longtemps et si nous réorientions les fonds publics vers des solutions renouvelables, les actifs pétroliers et gaziers seraient exposés comme les passifs qu'ils sont en fait.

Cela met en évidence un autre problème majeur : la mainmise des entreprises. Bien que les litiges relatifs au climat soient essentiels pour responsabiliser l'industrie, le défi ne consiste pas seulement à faire payer les pollueurs pour les dommages qu'ils causent. Nous devons également réduire l'influence considérable qu’ils exercent sur la politique climatique. Malgré tous les efforts déployés par des mouvements tels que Kick Big Polluters Out, l'industrie des combustibles fossiles n'a pas seulement un siège aux négociations sur le climat de cette année, elle est à la tête de la table.

Sultan Al Jaber, PDG de la compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis, qui poursuit actuellement ses propres projets d'expansion, est assis à cet endroit. Al Jaber, président de la COP28, est déterminé à présenter l'industrie des combustibles fossiles comme le héros, et non le méchant, de la lutte contre le changement climatique. Il s'agit pourtant d'une stratégie de survie bien connue pour une industrie en déclin à long terme. Il en va de même pour le plaidoyer des Émirats arabes unis en faveur d'une approche "tout ce qui précède", qui promeut les énergies renouvelables comme un complément aux combustibles fossiles, plutôt que comme un remplacement, et qui défend la capture et la compensation du carbone, malgré les nombreuses preuves que ni l'une ni l'autre ne conduit à des réductions d'émissions significatives.

Contrairement à ce qu'Al Jaber a laissé entendre au début de l'année, le problème ne réside pas seulement dans les émissions des combustibles fossiles, mais aussi dans les combustibles fossiles eux-mêmes. En se concentrant uniquement sur le carbone, on ignore tous les autres effets négatifs des combustibles fossiles, y compris leur impact sur la santé, comme les huit millions de décès prématurés dus à la pollution de l'air chaque année.

Bien que les combustibles fossiles soient en grande partie responsables du changement climatique, notre régime climatique dirigé par la CCNUCC n'a pas réussi à s'y attaquer, même avant que l'industrie ne reçoive le marteau de la présidence de la COP. Pendant des décennies, l'organisme international qui devrait mener l'élimination progressive des combustibles fossiles a ostensiblement évité la question. Ni la convention des Nations unies sur le climat de 1992, ni l'accord de Paris sur le climat de 2015, ne mentionnent le pétrole, le gaz ou le charbon.

Cette omission n'est pas un simple oubli. Elle est le symptôme d'une crise plus profonde dans la gouvernance mondiale du climat. Étant donné que les décisions de la CCNUCC requièrent un consensus entre 198 membres, les pays puissants peuvent bloquer les progrès et garantir des résultats correspondant au plus petit dénominateur commun, voire aucun résultat du tout.

La COP28 souligne une nouvelle fois la nécessité de mettre en place des processus alternatifs pour gérer la sortie des combustibles fossiles, à l'abri de l'influence de ceux qui en tirent profit. Chaque jour nous rappelle pourquoi nous devons abandonner progressivement le pétrole, le gaz et le charbon. Heureusement, des initiatives telles que le traité de non-prolifération des combustibles fossiles, l'Alliance "Au-delà du pétrole et du gaz" et l'enquête parlementaire mondiale offrent de nouvelles idées sur la manière d'y parvenir. Les gouvernements doivent s'engager à créer un forum consacré à l'élimination progressive des combustibles fossiles afin que le véritable travail consistant à mettre fin à l'ère des combustibles fossiles puisse commencer.

https://prosyn.org/e0M6HkRfr