boeve4_Gehad Hamdypicture alliance via Getty Images_loss and damage cop27 Gehad Hamdy/picture alliance via Getty Images

Bilan annuel du mouvement climatique

BERKELEY – On peut dire qu'à bien des égards, l'année écoulée n'a pas été de tout repos. Alors que les chocs climatiques sont devenus encore plus importants et plus graves, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a déclenché une crise énergétique mondiale qui continue d'affecter la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes. Suite à ce choc, des canicules sans précédent en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, puis des inondations dévastatrices au Pakistan, ont mis au premier plan l'urgence de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles et de revoir la formule de nos systèmes énergétiques.

Heureusement, d'autres grands développements en 2022 ont suscité l'espoir. L'adoption de la Loi américaine sur la réduction de l'inflation (IRA) – le plus important investissement de l'histoire du pays dans la réduction des émissions – est un exploit historique. Historiquement, les États-Unis sont le plus grand pollueur de carbone au monde et l'un des pays les plus à la traîne dans les forums internationaux. Mais aujourd'hui, l'IRA devrait ouvrir la voie à une forte réduction des émissions du pays, ce qui contribuera à faire baisser les prix des énergies renouvelables dans le monde entier. De nombreux marchés émergents et pays en développement auront la chance de dépasser les performances des centrales électriques au charbon.

Certes, les lobbyistes des combustibles fossiles poussent les gouvernements en Afrique et ailleurs à investir dans le développement du gaz naturel en réponse à la crise énergétique. De nombreux projets récemment planifiés sont censés être des « bombes au carbone » émettant plus d'un milliard de tonnes de dioxyde de carbone au cours de leur cycle de vie. Mais le mouvement pour le climat n'a pas perdu de temps pour dénoncer ces efforts et a dénoncé une « ruée vers le gaz » en Afrique.

En conséquence, le pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) a subi de multiples revers. Avec 22 banques commerciales et assureurs qui se retirent du projet, la campagne StopEACOP a pris de l'ampleur avant la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) en novembre, où elle a fait passer son message.

La COP27 a été un moment important pour le mouvement climatique en 2022. Bien que le pays hôte, l'Égypte, ait offert peu d'espace civique à mobiliser, les organisations se sont adaptées en travaillant par le biais des réseaux mondiaux et des coalitions existantes pour encourager des engagements plus significatifs dans la décarbonisation, la protection des droits de l'homme et le financement.

En fin de compte, la conférence a produit un accord visant à établir un fonds mondial distinct pour indemniser les pays vulnérables pour les « pertes et dommages » liés au climat. Étant donné que les économies avancées ont longtemps refusé de simplement admettre cette question, il s'agit d'une énorme victoire – une victoire qui est celle des militants de première ligne et des porte-parole de l'ensemble du Sud mondial. Mais l'accord final du sommet n'a pas inclus d'engagement spécifique sur la nécessité de supprimer progressivement les combustibles fossiles.

Secure your copy of PS Quarterly: The Year Ahead 2023
YA-Magazine_Promo_Onsite_1333x1000_Alt

Secure your copy of PS Quarterly: The Year Ahead 2023

Our annual fourth-quarter magazine is here, and available only to Digital Plus and Premium subscribers. Subscribe to Digital Plus today, and save $15.

Subscribe Now

Enfin, d'autres développements positifs en matière de politique climatique en 2022 comprennent le lancement de partenariats pour une transition énergétique juste en Indonésie, en Afrique du Sud et au Vietnam. Dans le but d'aider les pays à dépasser les combustibles fossiles, les JETPs (Just Energy Transition Partnerships - ou Partenariats justes de transition énergétique) – dans la mesure où ils seront mis en œuvre correctement – pourraient changer la donne dans la transition mondiale vers les énergies renouvelables.

En outre, la communauté internationale a fait plus que protéger la nature en 2022. À la fin de l'année, les gouvernements de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP15) ont adopté le Cadre mondial sur la biodiversité de Kunming-Montréal après 2020 – un accord que de nombreux observateurs comparent à l'accord historique de Paris sur le climat de 2015. En s'engageant à protéger 30 % de toutes les zones terrestres et maritimes d'ici 2030, le Cadre ouvre un nouveau chapitre, suite à l'échec collectif à atteindre aucun des objectifs d'Aichi en matière de biodiversité pour 2020.

Les gouvernements et les autres parties prenantes reconnaissent enfin que le changement climatique et la perte de biodiversité sont inextricablement liés. Les forêts tropicales et les mangroves ne sont pas seulement des habitats pour des millions d'espèces. Ils sont également essentiels pour ralentir le rythme du réchauffement planétaire, car ils absorbent et stockent de grandes quantités de CO2. Les scientifiques ont montré que la conservation, la restauration des écosystèmes et une meilleure gestion des zones naturelles pourraient contribuer à plus d'un tiers des réductions d'émissions nécessaires d'ici 2030. Plus important encore, il n'y a tout simplement aucun moyen de maintenir les températures à 1,5° Celsius sans inverser le déclin de la nature.

L'accord de la COP15 reconnaît également explicitement que les peuples autochtones sont essentiels à la protection de la nature et appelle les pays riches à mobiliser 30 milliards de dollars par an en financement de la biodiversité pour les pays en développement d'ici 2030.

Mais fixer des objectifs n'est que la première étape. Nous devons agir à un rythme sans précédent pour restaurer la biodiversité et arrêter le réchauffement climatique. Cela signifie rester vigilants face aux efforts des intérêts particuliers pour bloquer les progrès et repousser les fausses solutions – comme la compensation des émissions de carbone, l'énergie nucléaire et la fracturation hydraulique. La restauration de la nature ne doit pas se faire aux dépens des communautés locales. Pour créer et entretenir une relation plus saine avec l'environnement, nous devons nous inspirer des pratiques des peuples autochtones.

En dehors des conférences des Nations Unies et des conseils d'entreprise, une révolution douce est en train de prendre de l'ampleur. Ceux qui exigent davantage de financement pour les systèmes locaux d'énergie renouvelable sont en train de renverser des obstacles qui existaient de longue date, tout en refusant d'être marginalisés. Ils sont en train d'établir un nouveau consensus et font clairement savoir que les questions de justice climatique ne sont pas négociables.

Je considère que cette révolution douce est l'un des événements les plus passionnants de cette dernière décennie. L'interaction cyclique du progrès et de la rétrogression est une caractéristique durable de l'élaboration des politiques – et de la nature elle-même. Les inévitables effondrements ne doivent pas susciter le désespoir, mais au contraire l'espoir d'une prochaine reprise. Alors que la crise énergétique de 2022 a créé un nouveau prétexte pour ceux qui prônaient des investissements plus importants dans les combustibles fossiles, ces investissements sont rapidement en train de devenir des perdants financiers, parce que les énergies renouvelables deviennent moins chères que les combustibles fossiles.

Partout dans le monde, des communautés, des villes et des régions expérimentent des solutions climatiques créatives. Nous devons repérer celles qui fonctionnent, mobiliser du soutien en leur faveur et les intensifier. C'est de cette manière que nous lancerons la prochaine phase décisive de la lutte de plusieurs décennies contre le changement climatique et contre la destruction de l'environnement.

https://prosyn.org/yVFJFkvfr