makura1_YASUYOSHI CHIBAAFP via Getty Images_wind turbines africa YASUYOSHI CHIBA/AFP via Getty Images

Comment vendre l'action climatique à l'Afrique

JOHANNESBURG – On entend souvent cette fameuse histoire des deux vendeurs de chaussures qui se sont rendus en Afrique au début du XXe siècle à la recherche de nouveaux marchés. Quelques jours après son arrivée, le premier vendeur en a conclu qu'il n'y avait aucun potentiel pour la vente de chaussures parce que tout le monde marchait pieds nus. Son collègue, en revanche, a vu un énorme marché inexploité à explorer.

Cette histoire me rappelle comment le monde riche, sans doute pour de bonnes raisons, choisit de parler du changement climatique, en particulier à propos de l'Afrique. Les ONG, les donateurs et les gouvernements du Nord se représentent le changement climatique dans la seule perspective d'une catastrophe. Le pessimisme s'étend aux termes utilisés, tels que « urgence climatique », « crise climatique » et « réfugiés climatiques ».

On nous rappelle constamment que l'Afrique sera la région la plus durement touchée par le changement climatique. Le récit, renforcé par des images de sécheresse, de famine et d'inondations, décrit constamment nos exploitants agricoles, nos pêcheurs et nos villageois comme des victimes.

Mais ce récit de catastrophe n'a pas fait grand-chose pour catalyser l'action climatique et à ce titre, nous avons donc besoin de trouver un autre scénario. Le point de départ devrait être qu'en termes de changement climatique – malgré les apparences du contraire et malgré les avertissements de militants comme Greta Thunberg – tout n'est pas perdu. Tout comme lors de la pandémie COVID-19, il s'agit d'une occasion de réinitialiser l'économie mondiale qui pourrait grandement bénéficier à l'Afrique.

Une telle remise à zéro permettrait le développement ciblé et la mise à l'échelle des innovations en matière d'adaptation et d'atténuation du climat, ce qui pourrait stimuler le développement économique de l'Afrique. Nous avons tout ce qu'il faut pour construire le secteur des énergies renouvelables – à commencer par l'énergie éolienne, hydraulique, solaire et géothermique. Nous avons aussi le cobalt, le graphite, le lithium et le manganèse nécessaires pour produire des batteries électriques et l'acier, le zinc et l'aluminium nécessaires pour construire des éoliennes et d'autres technologies à faible émission de carbone. Les industries vertes peuvent créer des emplois, encourager les entreprises et stimuler les économies en Afrique tout en sauvant la planète – et trop peu de gens sont là pour la vendre.

Par exemple, le constructeur automobile japonais Toyota a récemment annoncé qu'il allait investir 624 millions de dollars en Inde pour fabriquer des composants de véhicules électriques, en créant ainsi 3 500 emplois. C'est le genre de projet qui pourrait et devrait s'implanter en Afrique.

SPRING SALE: Save 40% on all new Digital or Digital Plus subscriptions
PS_Sales_Spring_1333x1000_V1

SPRING SALE: Save 40% on all new Digital or Digital Plus subscriptions

Subscribe now to gain greater access to Project Syndicate – including every commentary and our entire On Point suite of subscriber-exclusive content – starting at just $49.99.

Subscribe Now

Au cours des deux dernières décennies, l'Afrique n'a attiré que 2 % des milliards de dollars d'investissements mondiaux dans les énergies renouvelables et moins de 3 % des emplois générés dans ce secteur en pleine croissance. Pour augmenter ces chiffres, les gouvernements africains devront créer un environnement favorable aux investissements, négocier plus efficacement pour attirer les entreprises et insister pour créer des emplois locaux et offrir une assistance technique pour renforcer la capacité du continent à produire des énergies propres.

De même, les jeunes Africains qui manifestent en faveur du changement devraient brandir des pancartes appelant leurs gouvernements à fournir des « emplois climatiques » et des « opportunités climatiques » plutôt que s'attendre à ce qu'ils « sauvent la planète ». Ils devraient inciter les décideurs à attirer les investissements à grande échelle nécessaires pour réduire de manière significative les émissions de gaz à effet de serre et créer des conditions propices à l'épanouissement de l'esprit d'entreprise environnemental.

Un secteur vert solide peut donner à l'Afrique les leviers économiques nécessaires pour aider davantage de personnes à mieux vivre, non seulement en termes économiques mais également en termes d'accès à l'énergie. Nous n'aurons pas besoin de nous appuyer sur des systèmes de distribution d'énergie obsolètes appartenant à des gouvernements qui n'ont ni les finances ni les incitations à investir pour étendre le réseau à tout le monde. Les énergies renouvelables offrent au continent l'occasion de passer des anciens systèmes aux nouvelles méthodes décentralisées pour fournir une énergie bon marché et fiable pour tous.

L'Afrique a déjà fait un bond en avant similaire dans le domaine des télécommunications mobiles. Le premier appel mobile sur le continent a eu lieu en République démocratique du Congo en 1987. Aujourd'hui, l'Afrique est le marché des télécommunications mobiles qui connaît la croissance la plus rapide au monde et le deuxième marché mobile derrière l'Asie. En seulement 35 ans, le secteur a connecté plus d'un demi-milliard de personnes, a créé des milliers d'emplois et donné naissance à des entreprises locales prospères. Grâce à de nouvelles technologies, des infrastructures et des combinés moins chers, des marchés compétitifs, un environnement réglementaire favorable et des modèles commerciaux conçus pour le marché de masse, l'Afrique a évité le défi de construire des infrastructures fixes.

Ce que les technologies mobiles ont fait pour l'Afrique peut être reproduit dans le secteur climatique – et nous n'avons pas besoin d'attendre que les gouvernements du continent à court de liquidités et le secteur privé trouvent cet argent. Au lieu de cela, nous devrions promouvoir davantage l'ordre du jour des réparations climatiques. Il existe des fonds disponibles et les pays qui ont maintes fois manqué à leurs promesses de fournir une aide financière (les États-Unis, le Canada, l'Australie, le Royaume-Uni et la plupart des États membres de l'Union européenne) doivent payer leurs dettes.

Ne parlons donc plus de catastrophes ou de crises climatiques, mais plutôt d'occasions climatiques sous forme d'emplois, d'entrepreneuriat et de financement. Et tout comme le vendeur de chaussures qui a vu des occasions énormes là où son collègue n'en a rien vu, revoyons donc notre approche du marketing de l'action climatique pour les Africains.

https://prosyn.org/SWnWyxCfr