2

Les vrais coûts de la pollution atmosphérique

PARIS – La pollution atmosphérique réduit l’espérance de vie des gens.  Elle provoque des douleurs importantes et de la souffrance, chez les adultes comme chez les enfants. Et elle entrave la production alimentaire, à un moment où nous avons besoin de nourrir un nombre de personnes plus important que jamais. Il ne s’agit pas seulement d’une question économique, mais aussi d'ordre moral.

La pollution atmosphérique peut être produite à la fois à l’extérieur et à l’intérieur. Pour les familles les plus pauvres, le smog intérieur issu des poêles de cuisson utilisant du charbon ou du fumier est généralement le problème le plus grave. Lorsque les économies se développent et commencent à s’électrifier, à se motoriser et à s’urbaniser, la pollution de l'air extérieur devient le plus gros problème.

Erdogan

Whither Turkey?

Sinan Ülgen engages the views of Carl Bildt, Dani Rodrik, Marietje Schaake, and others on the future of one of the world’s most strategically important countries in the aftermath of July’s failed coup.

Des technologies plus propres sont disponibles, qui ont le potentiel d'améliorer considérablement la qualité de l'air. Le problème est que les décideurs ont tendance à faire preuve de myopie, en se concentrant sur les coûts de l'action au lieu ceux de l'inaction. Or, cette approche est intenable. En effet, la croissance économique et l’augmentation de la demande d'énergie alimenteront inévitablement une hausse constante des émissions de polluants atmosphériques, ainsi qu’une augmentation rapide des concentrations de particules et d’ozone au cours des prochaines décennies.

Un nouveau rapport de l’OCDE, Les conséquences économiques de la pollution atmosphérique extérieure, estime que la pollution de l’air extérieur provoquera entre 6 et 9 millions de décès prématurés par an d’ici 2060, comparativement à trois millions en 2010. Cela équivaut à un décès toutes les 4-5 secondes. Cumulativement, plus de 200 millions de personnes vont mourir prématurément au cours des 45 prochaines années en raison de la pollution atmosphérique.

Il y aura également plus de maladies liées à la pollution. Les nouveaux cas de bronchite chez les enfants âgés de 6 à 12 ans devraient grimper à 36 millions par an d'ici à 2060, par rapport à 12 millions aujourd'hui. Pour les adultes, nous prévoyons dix millions de nouveaux cas par an en 2060, contre 3,5 millions aujourd'hui. Les enfants sont également de plus en plus touchés par l'asthme. Tout cela se traduira par davantage d'hospitalisations liées à la pollution, qui devraient passer à 11 millions en 2060, par rapport à 3,6 millions en 2010.

Ces problèmes de santé seront concentrés dans les zones densément peuplées avec des concentrations élevées de particules, en particulier les villes de Chine et d’Inde. Il est également prévu que la mortalité par habitant atteigne des niveaux élevés en Europe orientale, dans la région du Caucase et d’autres parties de l’Asie comme en Corée du Sud, où les populations vieillissantes sont très vulnérables à la pollution de l’air.

L'impact de la pollution atmosphérique est souvent discuté en termes monétaires. D’ici à 2060, 3,75 milliards de jours de travail pourraient être perdus chaque année en raison des effets néfastes sur la santé de l'air pollué – ce que les économistes appellent « la désutilité de la maladie ». L'impact direct sur le marché de cette pollution, en termes de productivité plus faible des travailleurs, de dépenses de santé plus élevées et de baisse des rendements agricoles, pourrait dépasser 1% du PIB, soit 2600 milliards de dollars par an, d'ici à 2060.

Aussi massifs qu’ils soient, cependant, les montants en dollars ne reflètent pas les coûts réels de la pollution atmosphérique. Les décès prématurés liés à l’inhalation des particules fines et de gaz toxiques, ainsi que la douleur et la souffrance engendrées par les maladies respiratoires et cardiovasculaires, ne disposent pas d'un prix de marché. Pas plus que l'expérience de devoir respirer de l'air constamment nauséabond ou forcer votre enfant à porter un masque simplement pour jouer à l'extérieur. Ces charges pèsent beaucoup plus lourd dans la vie des gens que tout montant monétaire ne pourrait jamais représenter.

Néanmoins, la vérité reste que les décideurs ont tendance à répondre davantage aux chiffres qu’aux expériences abstraites. Ainsi, l'OCDE a examiné les nombreuses études économiques sur la pollution de l'air cherchant à quantifier ce que la valeur de la santé pour la personne.

En moyenne, les individus seraient prêts à payer environ 30 dollars pour réduire de un pour mille leur risque annuel de mourir prématurément. En utilisant des techniques bien établies, ces chiffres de « consentement à payer » ont été convertis en une valeur globale des décès prématurés causés par la pollution de l’air extérieur, comme illustré, par exemple, dans la publication de l'OCDE Valorisation du risque de mortalité dans les politiques de l'environnement, de la santé et des transports.

Selon cette mesure, le coût global des décès prématurés causés par la pollution de l'air extérieur atteindrait le montant stupéfiant de 18 à 25 billions de dollars par an d’ici à 2060. Dans un certain sens, on ne parle pas de « vrai » argent, puisque les coûts ne sont pas liés à des opérations de marché. Néanmoins, ce chiffre reflète la valeur que les gens accordent à leur vie, bien réelle – et la valeur qu'ils accorderaient à des politiques qui aideraient à retarder leur décès, éminemment réel lui aussi.

Support Project Syndicate’s mission

Project Syndicate needs your help to provide readers everywhere equal access to the ideas and debates shaping their lives.

Learn more

Il est temps que les gouvernements cessent d’épiloguer sur les coûts des efforts visant à limiter la pollution de l'air et commencent à se soucier des coûts, beaucoup plus importants, qu’impliquerait une poursuite de cette pollution sans contrôle. La vie de leurs citoyens est entre leurs mains.

Traduit de l’anglais par Timothée Demont