zadek27_AngoumaAfrikImagesUniversal Images Group via Getty Images_macron forst Angouma/AfrikImages/Universal Images Group via Getty Images

La géopolitique de la nature

GENÈVE – De la guerre de la Russie contre l'Ukraine à la rivalité des États-Unis avec la Chine, des changements géopolitiques considérables ont ébranlé le multilatéralisme ces dernières années. Bien que l'on débatte depuis longtemps d'un grand nombre de leurs conséquences (de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie aux risques croissants de conflit majeur), nous devons accorder davantage d'attention aux implications de ces changements pour nos efforts visant à résoudre les crises complexes du climat et de la nature.

Le changement géopolitique que nous connaissons aujourd'hui menace de scinder l'ordre mondial en deux. Un signe déterminant de cette situation est la décision prise par une grande partie des pays du Sud de soutenir – ou du moins de refuser de condamner – l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par la Russie l'année dernière, malgré les efforts de l'Occident pour isoler et punir le Kremlin.

En outre, le groupe des BRICS, composé de grandes économies émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) – qui a toujours cherché à créer des alternatives aux institutions internationales dirigées par l'Occident – pourrait être sur le point de se développer, car 19 pays ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe. Il est également question de créer une nouvelle monnaie des BRICS pour défier la domination mondiale du dollar américain.

En attendant, la Chine redouble d'efforts pour étendre l’utilisation internationale de sa propre monnaie - le renminbi - et obtient certains succès. Plus récemment, le président brésilien Luiz InácioLula da Silva a pris des mesures pour faciliter un règlement commercial libellé en renminbi entre la Chine et le Brésil.

Dans le meilleur des mondes possibles, créer un objectif partagé et mobiliser l'action coordonnée nécessaire pour faire face à la crise climatique et à la crise de la nature serait une gageure. Dans un monde marqué par la méfiance, la concurrence, les contraintes budgétaires et les priorités politiques divergentes, cela semble presque impossible. Et pourtant, loin de construire des ponts, un grand nombre d'acteurs (en particulier certains pays du Nord), exacerbent les divisions.

La récente législation de l'Union européenne interdisant les importations de produits liés à la déforestation en est un bon exemple. La loi – qui exige que les entreprises qui vendent des produits comme le café, le bœuf et le soja dans l'UE fournissent des preuves vérifiables que ces produits n'ont pas été cultivés sur des terres récemment déboisées – a été accueillie favorablement par les militants écologistes et les politiciens européens. Mais cette mesure a également suscité de nombreuses critiques – et pas seulement de la part des intérêts du secteur agroalimentaire qui cherchent à éviter d'encourir des coûts de destruction de l'environnement. Peu avant son adoption, les gouvernements brésilien et indonésien ont soumis une lettre, signée par 14 États membres de l'Organisation mondiale du commerce, déplorant que l'UE applique une « législation unilatérale » plutôt qu'un « engagement international ». En échouant à consulter les pays concernés, l'UE a mis au point « des exigences coûteuses et peu pratiques en matière de traçabilité et de géolocalisation » pour une liste de produits « incertaine et discriminatoire ».

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

Les marchés volontaires du crédit carbone et les marchés émergents du crédit pour la biodiversité sont tout aussi imparfaits. Les critiques des pays riches se plaignent que ces marchés n'ont pas réussi à fournir des réductions « supplémentaires » crédibles du carbone atmosphérique. Les scandales qui résultent de défauts généralisés dans les crédits de carbone certifiés fondés sur la nature en sont un bon exemple. Les dirigeants des pays du Sud, quant à eux, soulignent les inégalités qu'ils perpétuent, avec des crédits de carbone achetés pour seulement 5 à 10 dollars dans les pays du Sud, puis vendus pour 100 dollars ou plus en Europe.

En outre, les dirigeants des économies en développement soulignent la réticence des pays riches à financer la préservation des forêts existantes. Lors du récent One Forest Summit, co-organisé par le président gabonais Ali Bongo Ondimba et le président français Emmanuel Macron, le ministre de l'Environnement du Gabon, Lee White, a remarqué que, en tant que l'un des plus importants puits de carbone du monde, « les forêts représentent potentiellement 20 à 30 % de la solution au changement climatique ». Les crédits carbone peuvent aider à canaliser le financement vers la préservation des forêts, mais seulement s'ils sont achetés à des prix équitables et prévisibles.

Il existe des moyens relativement simples d'améliorer l'engagement et d'accélérer les progrès vers des objectifs communs en matière de climat et de nature. Par exemple, la loi sur la déforestation de l'UE pourrait avoir un impact bien plus important – et inspirer une coopération plus efficace – si elle comprenait un soutien à des mesures visant à faire progresser, plutôt qu'à outrepasser, la législation pertinente dans les pays touchés. En outre, en s'appuyant sur les idées partagées lors du One Forest Summit, les pays riches pourraient adopter l'idée de fournir des paiements de services écosystémiques aux pays qui maintiennent leurs forêts et établir un prix plancher pour les crédits carbone et de biodiversité.

L'Alliance du G7 pour des économies positives pour la nature (G7ANPE) – conçue comme un « forum pour partager les connaissances et créer des réseaux d'information sur une base volontaire en collaboration avec le secteur privé et la société civile » – pourrait favoriser le passage à une plus grande collaboration au-delà du G7. L'élément clé consisterait à se concentrer sur la manière de répondre aux objectifs de la nature et du climat sans aggraver les clivages technologiques existants et sans ériger davantage de barrières commerciales, en mettant plutôt l'accent sur l'inclusivité et l'équité.

La présidence brésilienne du G20 en 2024 et son rôle d'hôte de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en 2025 (COP30) représentent également des opportunités importantes. En tant que représentant le plus influent au monde des économies en développement riches en nature, le Brésil pourrait utiliser ces plateformes pour mobiliser un plus grand soutien aux pays qui ont le plus contribué à la protection du climat et à la préservation de la nature, tout en ayant le moins contribué aux crises auxquelles nous sommes confrontés. Il sera essentiel de transformer l'architecture économique et financière mondiale pour atteindre les objectifs de durabilité.

La nature et le climat feront partie de la nouvelle géopolitique, pour le meilleur ou pour le pire. L'alternative à une approche plus inclusive n'est pas un progrès plus lent, mais potentiellement aucun progrès du tout. Tout comme la Russie a réorienté ses exportations d'énergie vers des pays qui n'ont pas adopté les sanctions occidentales, les exportateurs de produits alimentaires, confrontés de facto à des « sanctions » contre la déforestation de l'UE, peuvent simplement trouver de nouveaux acheteurs pour leurs marchandises. Dans de telles situations, tout le monde est perdant, y compris la nature.

Sans une approche collaborative, les pays riches en nature pourraient même décider de créer un club de vendeurs souverains visant à améliorer leurs termes de l'échange, comme l'OPEP l'a fait depuis longtemps pour les producteurs de pétrole. Dès à présent, le Brésil, l'Indonésie et la République démocratique du Congo – qui possèdent les plus grandes forêts tropicales du monde – ont formé une alliance visant essentiellement à mettre la pression sur les pays riches pour qu'ils financent la conservation des forêts.

Des mesures comme la législation européenne sur la déforestation ou les marchés volontaires du carbone peuvent sembler aller dans la bonne direction. Elles peuvent apporter des avantages à court terme. Mais en se mettant à dos le monde en développement – à une époque de réalignement géopolitique mondial, ni plus ni moins – leurs coûts à long terme pourraient être trop élevés.

https://prosyn.org/8eFoQUnfr