skierka3_KHALED DESOUKIAFP via Getty Images_solar irrigation KHALED DESOUKIAFP via Getty Images

La clé des systèmes alimentaires durables

SAN FRANCISCO/ADDIS-ABEBA – La trame de notre système alimentaire mondial s’effiloche sous la pression du changement climatique et d’une population en constante expansion. Pour éviter que ce système ne disparaisse, nous devons adopter des solutions d’énergies renouvelables distribuées, qui sont essentielles pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), pour renforcer la résilience et la productivité et pour réduire les coûts. Un échec en la matière compromettrait les efforts déployés pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et menacerait notre survie même.

À mi-chemin de l’échéance de 2030, les progrès vers les ODD – conçus comme un « plan commun pour la paix et la prospérité pour les populations et la planète » – accusent un retard considérable. En juillet, le Forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable de New York et le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires +2 à Rome ont souligné l’importance de garantir l’accès à l’énergie moderne (ODD 7) et de parvenir à éliminer la faim dans la monde (ODD 2), respectivement.

Lorsqu’il s’agit de renforcer la résilience et l’adaptabilité à long terme du système alimentaire mondial, ces deux objectifs sont liés. Traduire cela en politiques publiques est encore plus urgent à présent, étant donné que le réchauffement climatique rapide, la croissance démographique, les crises de santé publique, l’instabilité des marchés de l’énergie et les conflits ont mis en lumière les vulnérabilités et les lacunes uniques du système alimentaire.

Les solutions et les approches du passé ne fonctionneront plus. Au contraire, elles ont contribué aux problèmes actuels. Auparavant, les préoccupations concernant l’approvisionnement alimentaire – notamment les prix élevés pendant la crise financière mondiale de 2008 – ont invariablement conduit à l’intensification et à la mécanisation de l’agriculture, ainsi qu’à une augmentation de l’utilisation des terres. En conséquence, l'agro-industrie (notamment la production, le transport et le stockage des aliments) représente aujourd'hui environ un tiers de toutes les émissions de GES, qui menacent à leur tour l'avenir de l'agriculture.

Si les effets du changement climatique se font sentir dans tout le système alimentaire mondial, ils sont supportés de manière disproportionnée par ceux qui sont les moins responsables du problème : les petits exploitants agricoles des pays du Sud. Par exemple, l’Afrique subsaharienne, qui dépend de l’agriculture pluviale, connaît déjà un tiers des sécheresses mondiales et est vulnérable aux températures plus élevées et à d’autres phénomènes météorologiques extrêmes. Le Fonds monétaire international a constaté qu’une seule sécheresse peut réduire d’un point de pourcentage le potentiel de croissance économique à moyen terme d’un pays africain.

Cette conclusion reflète le rôle central de l'agriculture dans le monde en développement : dans certains des pays les moins avancés, elle représente plus de 25 % du PIB, tandis que 52 % des personnes employées en Afrique subsaharienne sont actives dans ce secteur. Compte tenu de cela, parvenir à une production alimentaire durable et respectueuse du climat dans les pays du Sud pourrait conduire à des améliorations significatives du bien-être. Cela nécessitera un passage à l’énergie renouvelable distribuée, qui peut être utilisée dans la production primaire, le traitement post-récolte, le stockage et la cuisson – les activités agricoles qui ont tendance à consommer le plus d’énergie dans les pays en développement.

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

Certes les énergies renouvelables décentralisées ne sont pas une panacée. Mais cette solution pourrait contribuer de manière significative à stabiliser le système alimentaire mondial en réduisant les coûts de l'énergie, facteur crucial pour stimuler la productivité. En facilitant le financement d'applications productives, ce qui pourrait démocratiser l'accès aux technologies améliorant le rendement ; et en réduisant les émissions de GES et en favorisant l'adaptation aux changements climatiques. Enfin et surtout, réduire la dépendance aux combustibles fossiles et décentraliser la production d’énergie peut aider à modifier la dynamique mondiale du pouvoir au sein du système alimentaire.

L'irrigation à l'énergie solaire, par exemple, a considérablement amélioré l'accès à l'eau et a permis de multiples cycles de culture, augmentant ainsi la productivité et réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Les pompes à énergie solaire ont augmenté les revenus des agriculteurs de plus de 50 % en Inde et ont conduit à des augmentations significatives des rendements au Rwanda. Le Ministère éthiopien de l’irrigation et des basses terres – que l’un d’entre nous dirige – a récemment interdit l’importation de pompes d’irrigation diesel pour soutenir la transition rapide vers des solutions d’énergies renouvelables.

En Afrique subsaharienne, les fraiseuses solaires pourraient rendre le broyage des céréales en farine plus efficace, plus abordable et plus durable. En outre, l’expansion des mini-réseaux pour alimenter les processus post-récolte peut apporter plus d’avantages économiques et environnementaux en permettant aux communautés de préserver leurs produits localement.

Le stockage au froid et la réfrigération sont essentiels pour prolonger la durée de conservation, réduire les pertes alimentaires et maintenir la qualité des produits. Des solutions décentralisées de stockage frigorifique alimentées par des énergies renouvelables pourraient améliorer l’accès au marché et réduire la détérioration pour les petits exploitants agricoles et les communautés éloignées. En convertissant les infrastructures existantes à des sources d’énergie renouvelables, nous pouvons réduire les émissions de GES et rendre les chaînes du froid plus écologiques et plus abordables.

Tous les exemples ci-dessus illustrent les diverses applications des énergies renouvelables distribuées et chaque solution contribue à un système alimentaire plus résilient, plus durable et plus respectueux du climat. En intensifiant ces innovations, nous pouvons relever les défis énergétiques auxquels sont confrontés les petits exploitants agricoles, les transformateurs et les consommateurs tout en réduisant notre empreinte carbone.

Renforcer la trame de notre système alimentaire mondial exige un nouveau cadre conçu pour réduire l'utilisation des terres, améliorer la productivité, minimiser les pertes alimentaires et réduire les émissions de GES. Les énergies renouvelables doivent en être les fondations de ce système. Sinon, les pays en développement seront incapables d’augmenter les rendements agricoles et de mettre un terme à la faim, d’arrêter et d’inverser la dégradation de l’environnement, ou de démocratiser l’accès à l’énergie.

https://prosyn.org/BHGT2Rvfr