terzi4_Getty Images Boy Wirat_green economy Getty Images Boy Wirat

La décroissance est une impasse

CAMBRIDGE – Le concept de décroissance a fortement stimulé dernièrement l'imagination des universitaires, des militants et des politiciens – en particulier dans les pays riches – dans une problématique de durabilité environnementale et de justice socio-économique. En mai dernier, le Parlement européen a organisé une conférence Beyond Growth. Depuis lors, une série d'articles (notamment dans des revues scientifiques) de premier plan ont évoqué l’essor  de ce mouvement autrefois minoritaire, qui appelle à abandonner la croissance du PIB comme objectif, à réduire l'utilisation d'énergie et de matériaux et à concentrer l'activité économique sur le bien-être humain.

Mais malgré la ferveur de ses partisans, le mouvement de décroissance manque d'une théorie cohérente du changement et est donc une impasse. Alors que les idéaux qui sous-tendent le mouvement et certaines de ses propositions ont un fort écho, comme l'accès universel aux services publics et la garantie d'emplois verts, ses objectifs généraux sont politiquement irréalisables. En outre, parce que la décroissance est une stratégie du tout ou rien, elle entraverait en fait les progrès en matière de politique climatique.

Tout d'abord, la décroissance repose sur l'idée que « le système » est responsable de notre situation climatique difficile, ce qui implique que la solution consiste à abolir le capitalisme. Dans ce contexte, les défenseurs ne considèrent pas les progrès progressifs vers les objectifs déclarés du mouvement, tels que la réduction du temps de travail ou l'interdiction ciblée d'activités hautement polluantes, comme une avancée pas dans la bonne direction : au contraire, ils interprètent ces changements comme un moyen pour les décideurs de défendre le système actuel contre la critique. En d'autres termes, la réforme est anti-révolutionnaire.

Au niveau international, la décroissance appelle à un rétrécissement actif des économies riches et au lancement d'un transfert volontaire de ressources vers les pays du Sud. Nonobstant des considérations abstraites de justice sociale, ce serait un échec politique : lorsque moins de ressources sont disponibles, les pays deviennent moins généreux - et non pas plus généreux. Même aujourd'hui, alors que les économies avancées se développent, il s'est avéré difficile d'obtenir un financement adéquat pour le Fonds pour les pertes et les préjudices mis en place lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de l'année dernière à Dubaï.

Sur le plan sociétal, les décroissances préconisent un éveil moral collectif. La doctrine est la suivante : si seulement les gens saisissaient pleinement les dégâts causés par le modèle économique actuel, ils adopteraient rapidement un mode de vie ascétique. Ils renonceraient à la viande, aux voyages en avion, aux 4x4 et à d'autres produits et services à forte intensité carbone.

Mais alors que les partisans de la décroissance imaginent une société éclairée, parier sur l'amélioration morale de l'humanité est un mauvais pari. Comme le philosophe Emrys Westacott l'a montré, la plupart des religions du monde, y compris le christianisme, le bouddhisme, l'islam et le confucianisme, ont longtemps prêché en faveur d’un mode de vie modeste. On peut supposer sans risque, compte tenu de l'état de la planète, que ces appels à la modération n'ont guère contribué à apprivoiser l'acharnement en faveur de la consommation. S'attendre à une révolution morale pour lancer la transformation structurelle, c'est comme attendre Godot.

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

En fait, une réaction contre le rythme actuel de l'action climatique – qui est loin d'être suffisant – prend déjà de l'ampleur, les partis nationalistes se présentant à plusieurs élections à venir en exploitant les craintes de modes de vie plus verts. Dans ce contexte, l'idée qu'un changement rapide d'attitude parmi les riches rendrait politiquement possible la décroissance semble encore plus irréaliste.

La politique du changement climatique et de la politique environnementale est complexe précisément en raison de la nécessité d'équilibrer les exigences immédiates de la population en matière de qualité de vie, d'énergie abordable et de sécurité économique avec la durabilité à long terme. Comme le disait avec éloquence Ezra Klein du New York Times, le mouvement de décroissance « essaie de sortir la politique de la politique » et « attaque les failles de la stratégie actuelle parce qu’elle ne progresse pas assez vite lorsque les obstacles sont politiques, mais ensuite, il n’accepte pas non plus les obstacles à sa propre voie politique. »

Au lieu d'essayer de freiner la croissance, nous devons redéfinir et réorienter nos modèles de croissance vers la durabilité, afin de pouvoir concilier le désir persistant de consommer davantage avec l'impératif de faire des choix plus écologiques. Les avancées technologiques, les énergies renouvelables et le passage à une économie circulaire offrent des moyens d'aligner le progrès économique sur la bonne intendance de l'environnement.

Les obstacles politiques auxquels se heurte le mouvement de décroissance sont insurmontables, c'est pourquoi sa nouvelle notoriété s'avérera éphémère. Ce que les plus farouches partisans de la décroissance peuvent espérer réaliser serait de pousser quelques privilégiés vers des habitudes de consommation plus durables. Dans la mesure où cela réussira, le mouvement contribuera, quoique modestement, à atténuer les effets du changement climatique.

Comme les experts du climat nous le rappellent souvent, il n'y a pas de solution miracle au réchauffement climatique. Éviter une catastrophe climatique exige une stratégie à multiples facettes comprenant des solutions multiples. Mais la décroissance n'en fait pas partie.

https://prosyn.org/bMN1k5ffr