litvin3_Per-Anders PetterssonGetty Images_coppermine Per-Anders Pettersson/Getty Images

La prochaine crise des ressources au niveau mondial

LONDRES – La dépendance de l'Occident vis-à-vis de la Chine en « minéraux critiques » n'inquiétait auparavant qu'une poignée d'experts et de conseillers politiques. Aujourd'hui, l'anxiété est monnaie courante, elle fait les gros titres et l'objet d'une série documentaire sur les ondes de la BBC. Mais nous n'avons pas encore répondu de manière adéquate à la question la plus importante : que devons-nous faire pour résoudre ce problème ?

Les risques qui nous attendent sont évidents. Comme l'a appris l'Europe au cours des derniers mois, il n'est pas prudent de compter sur un État hostile pour livrer des matières premières indispensables. Mais la solution à la crise énergétique actuelle – pour accélérer la transition vers les sources renouvelables – menace de reproduire la situation actuelle sous une autre forme, parce qu'elle augmente notre dépendance à l'égard de minéraux comme le cobalt, le nickel, le graphite, le lithium et le cuivre.

Contenus dans les batteries électriques, les éoliennes ou les réseaux électriques étendus, ces minéraux sont essentiels à la transition vers les énergies propres. La Banque mondiale a estimé que leur production pourrait augmenter d'environ 500 % d'ici 2050 pour soutenir les objectifs mondiaux en matière climatique.

Tout comme la Russie est une source importante de combustibles fossiles, la Chine domine le traitement d'une grande part de ces minéraux critiques. Elle raffine environ 60 à 70 % du lithium, du nickel et du cobalt dans le monde. Par ailleurs, elle a fait des investissements importants dans les gisements les plus riches au monde de ces ressources, ceux de cobalt en République démocratique du Congo ou de nickel en Indonésie, ce qui signifie qu'elle contrôle une part croissante des mines dont elles proviennent.

Les gouvernements occidentaux s'empressent à présent de développer des stratégies pour faire avancer la transition énergétique sans devenir trop dépendants de la Chine en minéraux critiques. Aux États-Unis, la Loi sur la réduction de l'inflation adoptée dernièrement prévoit de grandes incitations pour les constructeurs de véhicules électriques à se procurer des minéraux critiques auprès de partenaires fiables. Le Royaume-Uni a dévoilé une « stratégie pour les minéraux critiques », qui comprend des efforts pour étendre ses capacités nationales dans ce secteur. L'Union européenne et l'Australie font avancer des initiatives similaires.

Tous ces gouvernements considèrent l'augmentation du recyclage des métaux comme faisant partie de la réponse. Mais ils reconnaissent également qu'elle ne peut apporter qu'une contribution partielle pour le moment. Ainsi leurs stratégies mettent toutes l'accent sur le développement rapide de nouvelles mines et d'installations de traitement pour les minéraux critiques, soit à l'intérieur des pays, soit dans des pays « amis ».

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

Mais ces stratégies ne parviennent pas à reconnaître pleinement un obstacle majeur : la politique locale tendue de l'ouverture de nouvelles mines et de nouveaux sites industriels. Dans les pays riches, l'activisme du « pas de ça chez nous ! », l'opposition des groupes autochtones et environnementaux et des processus de planification complexes signifient que l'obtention de l'autorisation de développer de nouvelles mines à grande échelle peut prendre des décennies, dans le meilleur des cas.

Dans les pays à revenu faible, le développement minier se heurte également à une opposition locale féroce, aggravée par la méfiance généralisée envers les grandes sociétés minières occidentales. Dans les pays riches comme dans les pays pauvres, de nombreux nouveaux projets de minage de minéraux critiques – par exemple, aux États-Unis, au Pérou, au Portugal et en Serbie – ont récemment été bloqués ou retardés en raison de cette résistance.

Bien sûr, cet activisme reflète bien le dynamisme de la démocratie locale dans les pays alignés avec l'Occident. Mais il n'en demeure pas moins que si l'Occident ne peut accéder aux matières premières qu'exige la transition énergétique des pays amis à un prix raisonnable, il se retrouvera une fois de plus à la merci d'un régime hostile. L'éventualité que la Chine « transforme en arme » sa domination sur ces minéraux, comme la Russie l'a fait avec son gaz naturel, inquiète une grande part des cercles politiques.

À moins que le problème ne soit résolu rapidement, les gouvernements occidentaux pourraient finir par devoir prendre des mesures d'urgence qui vont faire fi des préoccupations locales – par exemple, ouvrir des mines et des installations nationales pour des raisons de sécurité nationale. Ils pourraient également se trouver obligés de forcer la main des pays en développement à étendre leur production, en faisant peu de cas une fois encore des préoccupations au niveau local. C'est le triste modèle de géopolitique de l'énergie et des ressources qui a cours depuis un siècle ou plus.

Pour éviter ce résultat, il faudra avancer rapidement vers un nouveau « grand compromis » entre exploitants de mines et parties prenantes locales. À cette fin, il est urgent de lancer un programme ambitieux, axé sur la remise à zéro des relations entre les deux parties, qui englobe tous les pays riches en minéraux et alignés sur l'Occident.

Les sociétés minières, soutenues par les gouvernements occidentaux, doivent veiller à ce que les nouvelles activités apportent de plus grands avantages économiques locaux et soient plus sensibles aux besoins locaux. Elles doivent également mettre en place des contrôles plus crédibles et plus visibles sur les risques pour l'environnement et sur les risques sanitaires que les mines peuvent créer. Dans les pays en développement, les sociétés minières doivent démontrer qu'elles sont bien meilleures que les entreprises chinoises sur ces fronts. Les mineurs occidentaux sont déjà impliqués dans de nombreuses initiatives environnementales et sociales de bonnes pratiques, mais ces dernières doivent être élevées au rang de priorité stratégique.

En contrepartie de ces efforts, les organes de régulation locaux doivent rationaliser et accélérer les processus de délivrance des permis et les communautés locales et les activistes doivent accepter la nécessité de soutenir des projets bien conçus. Les militants écologistes reconnaîtront sûrement l'importance de mettre fin à une menace majeure pour la transition énergétique. Mais les vieilles habitudes ont la vie dure et une forte résistance persiste souvent face aux grandes entreprises qui poursuivent des projets de grande envergure comme le minage. Les gouvernements peuvent aider sur ce front en intervenant dans l'arbitrage des différends entre entreprises et communautés.

Certains pourraient arguer du fait que c'est un remède douloureux à un problème qui n'a pas encore fait son apparition. Mais les dangers posés par la dépendance vis-à-vis de la Chine en réserves de minéraux critiques sont désormais bien trop évidents. Le déblocage plus rapide du développement minier plus près de chez soi est la meilleure voie à suivre – et cela va exiger de nouvelles approches radicales.

https://prosyn.org/iWZdUfjfr