nsofor8_Amarjeet Kumar SinghAnadolu Agency via Getty Images_indiamonsoon Amarjeet Kumar Singh/Anadolu Agency via Getty Images

Les leçons de la COVID-19 pour l'action climatique

SILVER SPRING – C'est officiel : juillet a été le mois le plus chaud jamais enregistré. Le réchauffement climatique se produit et ses coûts continuent d'augmenter. L'Organisation météorologique mondiale a récemment noté que « les phénomènes météorologiques extrêmes, climatiques et liés à l'eau ont causé 11 778 catastrophes signalées entre 1970 et 2021, avec un peu plus de 2 millions de morts et 4,3 billions de dollars de pertes économiques ».

Comme une pandémie, le changement climatique touche tout le monde, partout dans le monde. Au Canada, Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest, a récemment été évacuée, alors que des centaines de feux de forêt brûlaient la région, tandis que les États-Unis font face à une résurgence des maladies infectieuses transmises par les moustiques, comme le paludisme, le virus du Nil occidental et la dengue. Dans certaines parties de l'Asie, les fortes pluies de mousson ont provoqué des inondations et détruit les moyens de subsistance. Au Malawi, deux tempêtes destructrices ont aggravé une épidémie prolongée de choléra qui a fait plus de 1 600 morts. La liste est longue.

Mais les effets ne sont pas répartis de manière égale : neuf décès sur dix et 60 % des pertes économiques dues aux chocs climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes se produisent dans les pays en développement. J'ai pu constater moi-même l'impact dévastateur des glissements de terrain à Nanka, ma ville natale dans le sud-est du Nigeria. Au fil des ans, l'augmentation de l'érosion des ravins a anéanti des fermes, détruit des terres agricoles et contribué à accroître l'insécurité alimentaire.

Les conséquences désastreuses du changement climatique rappellent la pandémie de COVID-19, qui a tué plus de six millions de personnes, détruit des entreprises et des moyens de subsistance et ravagé l'économie mondiale. En fait, la réponse mondiale à la COVID-19 – désormais un problème de santé permanent plutôt qu'une urgence – comporte des leçons importantes pour atténuer le réchauffement climatique.

Premièrement, le changement climatique constitue ce que l'Organisation mondiale de la Santé appelle une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) et doit être traité comme telle. Le réchauffement climatique répond certainement à la définition typique de l'OMS d'une USPPI : « un événement extraordinaire qui est déterminé à constituer un risque pour la santé publique pour d'autres États en raison de la propagation internationale de la maladie et à nécessiter potentiellement une réponse internationale coordonnée. » Mais le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), plutôt que l'OMS, est mieux placé pour prendre les devants, puisqu'il fournit déjà aux gouvernements des informations scientifiques pour élaborer des politiques climatiques.

Deuxièmement, les pays du Sud doivent assumer un rôle plus important de leadership climatique. La sous-représentation des leaders africains de la santé dans la construction de l'installation COVID-19 Vaccine Global Access (COVAX), par exemple, a constitué un revers majeur pour la riposte mondiale à la pandémie. GAVI, l'Alliance du vaccin, avec la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies et l'OMS, avait créé la COVAX pour assurer un accès équitable aux vaccins contre la COVID-19, mais l'initiative – qui a été conçue dans un esprit colonial – a été loin de répondre à cet idéal.

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

Le GIEC a commis la même erreur : seul un faible pourcentage des auteurs de ses rapports sont africains. Comme je l'ai dit ailleurs, les dirigeants africains, qui supportent un fardeau disproportionné des effets du changement climatique et qui contribuent le moins aux émissions mondiales qui le sous-tendent, doivent être au centre des processus décisionnels.

Troisièmement, les gouvernements doivent prendre des mesures pour contrer la désinformation et la désinformation. Des mensonges ont sévi durant la pandémie, ce qui a donné lieu à un infodémie – un surplus d'informations légitimes et trompeuses. Avec près de cinq milliards d'utilisateurs dans le monde, les plateformes de médias sociaux ont accéléré la propagation de fausses allégations sur la COVID-19. Mais les décideurs et les universitaires pourraient également les utiliser pour corriger les faits.

Pour sensibiliser le public au changement climatique, à ses conséquences et à la manière de construire un monde plus vert, davantage de scientifiques et d'autres experts doivent publier sur les plateformes de médias sociaux et dialoguer avec d'autres utilisateurs. Fait inquiétant, parmi les utilisateurs qui tweetaient régulièrement sur le réchauffement climatique et la biodiversité, près de la moitié étaient devenus inactifs six mois après qu'Elon Musk a pris le contrôle de Twitter, maintenant appelé X, et créé plus d'espace pour que les fausses informations puissent s'épanouir.

Quatrièmement, tous les pays doivent payer leur juste part pour les efforts de riposte mondiaux. Durant la pandémie, les pays riches ont été encouragés à fournir un financement pour aider les pays à revenu faible et intermédiaire à accéder aux vaccins, aux tests et aux médicaments contre la COVID-19, avec des résultats mitigés.

De même, les pays riches ont la responsabilité morale de fournir une aide climatique aux pays les plus pauvres, en raison de leurs émissions historiques. L'année dernière, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) a franchi une étape importante dans cette direction avec la création d'un fonds de pertes et préjudices pour les pays en développement confrontés aux effets du réchauffement climatique. Mais aussi louable que soit cette mesure, les pays vulnérables doivent également améliorer la gouvernance et lutter contre la corruption pour atténuer les changements climatiques. Par exemple, 9 milliards de dollars d'or sortent en contrebande du Nigeria chaque année. Le gouvernement aurait pu investir ces pertes de revenus dans des projets environnementaux, comme la prévention des glissements de terrain à Nanka.

Enfin, il est inutile de mettre de côté des crises qui ont une portée véritablement mondiale. Durant la pandémie de COVID-19, de nombreux pays du Nord ont exacerbé les inégalités en stockant des équipements de protection individuelle, des tests, des vaccins et des traitements et en se cramponnant aux protections de la propriété intellectuelle. Pourtant les maladies infectieuses ne respectent pas les frontières, pas plus que le changement climatique. Tous les pays du monde subissent ses conséquences dévastatrices, sous des formes différentes.

Pour faire face aux changements climatiques, il faut considérer et comprendre la communauté mondiale comme une seule entité. Ma tribu au Nigeria, les Igbo, a une phrase qui souligne l'importance d'agir collectivement : Ìgwèbụ̀íké. Cela signifie « nous sommes plus forts ensemble quand nous sommes unis ». La pandémie de COVID-19 a démontré la nécessité d'un modèle équitable de gouvernance mondiale si nous voulons avoir l'espoir de léguer une planète saine aux générations futures.

https://prosyn.org/xao7EESfr