Deforestation in Brazil Carl De Souza/Getty Images

Attribuer une valeur aux forêts ombrophiles

NEW YORK – Début octobre, peu de temps après que l'ouragan Maria a frappé Puerto Rico, Elon Musk, le PDG de Tesla a déclaré sur Twitter que son entreprise pourrait, compte tenu de l'occasion, reconstruire le réseau électrique de l'île en utilisant l'énergie solaire. Au milieu de tant de souffrance humaine, c'était une déclaration audacieuse. Mais d'un point de vue technologique, cela est tombé à point nommé. À la fin du mois d'octobre, des panneaux solaires et des batteries de grande capacité ont été installés à l'hôpital de San Juan del Niño et d'autres projets sont en cours.

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Ce type de réponse à une catastrophe naturelle - remplacer un réseau électrique dépendant du combustible fossile par de l'énergie renouvelable - doit être applaudie. Mais peu importe à quel point les sources d'énergie renouvelables peuvent être propres et efficaces, elles ne parviendront jamais à atténuer entièrement les effets climatiques qui provoquent davantage d'ouragans à terre comme Maria.

Il y a une autre façon de s'y prendre, bien moins coûteuse que ce que Musk a proposé.

Puerto Rico abrite l'un des outils les plus efficaces et les moins coûteux pour lutter contre le changement climatique : les forêts ombrophiles. Sur la pointe orientale de l'île, la forêt nationale de El Yunque qui compte près de 29 000 hectares est l'un des systèmes les plus importants des Caraïbes pour capter et stocker le carbone.

Maria a également détruit la forêt. Mais les PDG du high-tech n'ont pas twitté pour proposer de restaurer cette ressource, car pour le moment, ils ne voient aucun modèle économique viable dans le sauvetage des arbres.

Mais si un modèle de ce genre existait déjà ? Et s'il existait des moyens de faire que les forêts tropicales aient plus de valeur vivantes que mortes ?

Les dirigeants mondiaux méditent sur cette question depuis des années. Lors des négociations sur le climat des Nations Unies, ils ont trouvé une solution originale : une initiative appelée la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+). L'idée est simple : avec des mesures incitatives adéquates, les citoyens, les gouvernements et les industries vont préserver et restaurer les forêts tropicales, au lieu de les enterrer. En retour, le monde bénéficie de nouveaux puits de carbone pour absorber les émissions de gaz à effet de serre.

REDD+, qui existe sous plusieurs formes depuis près de 10 ans, fournit une structure de paiement pour les efforts de préservation et de restauration. En attribuant une valeur économique aux forêts pour le rôle qu'elles jouent dans la capture et le stockage du carbone à grande échelle, REDD+ permet aux arbres de concurrencer les utilisations lucratives des terres - telles que l'exploitation forestière ou l'agriculture - qui entraînent la déforestation.

Le premier programme REDD+ de grande envergure, un accord entre la Norvège et le Brésil, a été lancé en 2008. La Norvège a accepté de fournir 1 milliard de dollars en « paiements liés aux résultats » au Brésil, pour que ce dernier pays réussisse à protéger ses forêts ombrophiles. L'argent de la Norvège a été versé en plusieurs fois et le Brésil a conservé ses forêts. Les résultats ont été impressionnants : le Brésil a réduit le taux moyen de déforestation en Amazonie de plus de 60 % au cours de la dernière décennie, en absorbant environ 3,6 milliards de tonnes de dioxyde de carbone, soit plus que tous les autres pays. Et la Norvège a été en mesure d'aider à atténuer les émissions de dioxyde de carbone.

Mais malgré le succès du projet de partenariat pilote, le programme REDD+ a actuellement grand besoin de capitaux. À bien des égards, la solution est semblable à la proposition d'énergie solaire de Musk à Porto Rico. Seulement cette fois-ci, l'innovation n'est pas technique, mais d'ordre financier.

La création d'un marché pour des crédits REDD+ pourrait créer des opportunités d'investissement dans la préservation des forêts tropicales pour les entreprises et les secteurs d'activité très polluants. Avec un cadre politique adéquat, des crédits REDD+ pourraient être offerts par les marchés réglementés existants - tels que les marchés de crédits de carbone en Californie ou en Corée du Sud - ce qui permettrait de mobiliser des milliards en capitaux supplémentaires dans des efforts de reboisement.

L'élaboration d'un tel cadre permettrait également à REDD+ de devenir une partie des systèmes réglementés futurs, comme celui qui est développé par l'industrie mondiale de l'aviation pour limiter les émissions de carbone, ou par le marché de permis d'émission de carbone que la Chine prévoit de lancer cette année. L'intégration au sein de ces marchés pourrait également toucher de nouveaux mécanismes de financement pour la conservation des forêts et pour le reboisement, car elle permettrait aux intermédiaires financiers, comme le Fonds d'accélération REDD+, de connecter les projets REDD+ directement au secteur privé.

À l'heure actuelle, la plus grande part de tout ceci en est au stade des objectifs. REDD+ est simplement un ensemble de lignes directrices et un marché de crédit forestier aura besoin de règles et de normes qui régissent la façon dont les quotas de protection et de reboisement seront alloués aux acheteurs et intégrés dans les marchés actuels. Les dirigeants mondiaux qui se réunissent cette semaine pour la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Bonn en Allemagne peuvent faciliter ces efforts en continuant à soutenir le développement de mécanismes comptables efficaces et transparents en faveur de projets REDD+.

Il y a péril en la demeure. Au cours des deux années écoulées depuis l'adoption de l'Accord climatique de Paris, le déboisement a fortement augmenté en Indonésie et dans certaines parties de l'Amazonie, où se trouve une grande partie des plus importantes forêts tropicales. D'après l'Union of Concerned Scientists, la déforestation tropicale est responsable de trois milliards de tonnes de CO2 atmosphérique supplémentaires par an - plus que l'ensemble du secteur des transports mondiaux.

Aucune technologie n'est aussi efficace pour le stockage de carbone que les forêts tropicales et leur préservation est l'une des occasions les moins coûteuses de capture ou de réduction des émissions à grande échelle, qui offre en outre une foule d'autres avantages environnementaux et sociaux. Pour bénéficier de cet avantage essentiel contre le réchauffement de la planète, davantage d'arbres doivent rester debout. Pour ceux d'entre nous qui pensent qu'un marché du crédit forestier pourrait fournir des moyens de protection essentiels à notre planète, notre « heure Musk » a sonné. Nous devons faire preuve de la même audace que lui.

http://prosyn.org/7nKUWLc/fr;

Handpicked to read next

  1. Chris J Ratcliffe/Getty Images

    The Brexit Surrender

    European Union leaders meeting in Brussels have given the go-ahead to talks with Britain on post-Brexit trade relations. But, as European Council President Donald Tusk has said, the most difficult challenge – forging a workable deal that secures broad political support on both sides – still lies ahead.

  2. The Great US Tax Debate

    ROBERT J. BARRO vs. JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS on the impact of the GOP tax  overhaul.


    • Congressional Republicans are finalizing a tax-reform package that will reshape the business environment by lowering the corporate-tax rate and overhauling deductions. 

    • But will the plan's far-reaching changes provide the boost to investment and growth that its backers promise?


    ROBERT J. BARRO | How US Corporate Tax Reform Will Boost Growth

    JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS | Robert Barro's Tax Reform Advocacy: A Response

  3. Murdoch's Last Stand?

    Rupert Murdoch’s sale of 21st Century Fox’s entertainment assets to Disney for $66 billion may mark the end of the media mogul’s career, which will long be remembered for its corrosive effect on democratic discourse on both sides of the Atlantic. 

    From enabling the rise of Donald Trump to hacking the telephone of a murdered British schoolgirl, Murdoch’s media empire has staked its success on stoking populist rage.

  4. Bank of England Leon Neal/Getty Images

    The Dangerous Delusion of Price Stability

    Since the hyperinflation of the 1970s, which central banks were right to combat by whatever means necessary, maintaining positive but low inflation has become a monetary-policy obsession. But, because the world economy has changed dramatically since then, central bankers have started to miss the monetary-policy forest for the trees.

  5. Harvard’s Jeffrey Frankel Measures the GOP’s Tax Plan

    Jeffrey Frankel, a professor at Harvard University’s Kennedy School of Government and a former member of President Bill Clinton’s Council of Economic Advisers, outlines the five criteria he uses to judge the efficacy of tax reform efforts. And in his view, the US Republicans’ most recent offering fails miserably.

  6. A box containing viles of human embryonic Stem Cell cultures Sandy Huffaker/Getty Images

    The Holy Grail of Genetic Engineering

    CRISPR-Cas – a gene-editing technique that is far more precise and efficient than any that has come before it – is poised to change the world. But ensuring that those changes are positive – helping to fight tumors and mosquito-borne illnesses, for example – will require scientists to apply the utmost caution.

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now