Cargo ship at port

Le Partenariat Trans-Pacifique est-il bon pour l'Amérique ?

WASHINGTON, DC – Le Partenariat Trans-Pacifique, l'accord de grande envergure sur le commerce et les investissements que les États-Unis ont négocié avec 11 autres pays, (dont le Canada, le Mexique, le Japon, la Malaisie, l'Australie et le Vietnam), fait à présent l'objet d'un débat. Pour qu'il entre en vigueur, le Congrès américain doit approuver le PTP, ce qui est peu probable avant que suffisamment de membres ne se décident sur le fond de l'affaire. Que représente donc le PTP pour les électeurs américains actuellement et pour l'avenir ?

Tout d'abord, alors que le PTP va probablement générer un gain global pour l'économie américaine en termes de PIB et de revenus pour les citoyens, ce gain est très faible et provient principalement de meilleures opportunités pour les exportations américaines, en réduisant les barrières tarifaires et non tarifaires dans d'autres pays. Certaines importations vont devenir moins coûteuses, ce qui va faire le bonheur des consommateurs américains.

Dans une étude analytique commanditée par l'administration du Président Barack Obama, les prévisions laissent penser que l'approbation du PTP pourrait rendre la taille totale de l'économie américaine supérieure de 0,5% en 2030, par rapport à l'hypothèse contraire où le PTP ne serait pas approuvé. Il faut bien remarquer que cette estimation porte sur l'effet du PTP au niveau du revenu global après 15 ans et non pas sur son impact sur le taux de croissance annuel.

Étant donné que cette évaluation est avancée par les partisans du PTP, il semble raisonnable de supposer qu'elle représente l'hypothèse haute de ce qu'ils considèrent comme plausible. (Je suis chercheur au Peterson Institute for International Economics, sous les auspices duquel l'étude a été publiée, mais je n'ai pas participé à son élaboration.) Malheureusement les modélisations utilisées dans ce domaine ne génèrent pas de plages d'erreur ni d'intervalles de confiance. En fait, étant donné la complexité de l'accord commercial (notamment l'accent mis sur les obstacles non tarifaires difficiles à quantifier), ces estimations risquent d'être extrêmement imprécises.

En second lieu, ces modèles ignorent les questions clés propres à toute analyse quantitative. Par exemple, lorsque les importations augmentent, il y a des effets négatifs importants sur l'emploi. Ce point a été établit de manière incontestable par une recherche remarquable de Daron Acemoglu, David Autor, David Dorn, Gordon Hanson et Brendan Price, qui ont constaté que « le total des pertes d'emplois dû à la concurrence croissante des importations chinoises sur la période allant de 1999 à 2011 » se situait entre 2 et 2,4 millions.

Les gens qui perdent des emplois bien rémunérés dans le secteur de l'industrie trouvent un autre emploi, mais généralement à un salaire bien inférieur dans un segment de faible productivité du secteur des services. En principe, ils pourraient être indemnisés pour cette perte de revenu à vie. Mais cette indemnisation est très limitée aux États-Unis. En réalité, il existe des effets durables sinon permanents sur certaines communautés, en particulier sur les personnes moins instruites dans les endroits où la prospérité reposait sur l'industrie, mais qui subissent présent une concurrence accrue de la part des importateurs.

The World’s Opinion Page

Help support Project Syndicate’s mission

subscribe now

En outre, le modèle pro-PTP suppose que les salaires augmentent la productivité. Cela était autrefois le cas aux États-Unis. Mais la relation s'est considérablement affaiblie au cours des dernières décennies, précisément au moment où la mondialisation s'est accélérée. Ainsi, les estimations de la modélisation, relatives à la manière dont les travailleurs non qualifiés vont bénéficier du PTP, semblent un peu tirées par les cheveux.

Troisièmement enfin, fonder une décision politique uniquement sur des modélisations semble périlleux. Le PTP va modifier de nombreuses autres dimensions de la politique publique, notamment les protections offertes aux investisseurs étrangers (qui leur facilitent les poursuites en justice à l'encontre des gouvernements), ainsi que l'accès à certains médicaments à des prix abordables (pour les pays à faibles revenus mais aussi potentiellement pour les Américains).

Par ailleurs, il est frappant de constater qu'actuellement le PTP ne fait pour ainsi dire rien pour décourager la manipulation des devises : il s'est montré favorable à une intervention unilatérale sur le marché des changes, dans le but d'une dévaluation monétaire et en vue d'obtenir un avantage concurrentiel. Dans les années 1980, les importations de biens et services vers les États-Unis représentaient environ 10% du PIB. À présent, ce chiffre est d'environ 17% et le PTP va vraisemblablement le faire augmenter (si l'on en croit les modélisations). Mais alors même que les États-Unis font davantage de commerce avec le reste du monde, ils deviennent plus vulnérables aux pertes d'emploi causées par la manipulation de devises.

Compte tenu des éléments disponibles, il semble juste de tirer les conclusions suivantes au sujet du PTP : il va probablement se traduire par une augmentation très faible du PIB total, il risque de faire augmenter au moins dans une certaine mesure et il pourrait bien faire augmenter le nombre d'emplois menacés, sans fournir aucune protection équivalente contre la manipulation de devises.

L'International Trade Commission effectue une évaluation approfondie du PTP, qui devrait être prête dans quelques mois. On peut espérer que l'ITC fournira une analyse plus complète et plus fine (portant notamment sur les inconvénients potentiels pour différents secteurs), que celle qui est actuellement disponible.

Une évaluation objective prouvera que le PTP n'est pas un pari gagné d'avance et qui, pour cette raison, devrait être approuvé automatiquement. Un examen et une discussion dans tous les détails de l'accord est justifiée. La bonne nouvelle, c'est que ce processus d'évaluation minutieuse est actuellement en cours.

http://prosyn.org/W1C7MHD/fr;
  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.