Xinhua News Agency/Getty Images

Les nouveaux ennemis de la mondialisation

NEW-YORK – Il y a 15 ans j'écrivais La grande désillusion, un livre qui montrait l'opposition croissante des pays en développement et des pays émergents à la mondialisation. C'était là un phénomène apparemment mystérieux : on avait dit à leurs habitants que la mondialisation allait améliorer leur vie. Pourquoi alors ont-ils été si nombreux à s'y opposer ?

Aujourd'hui dans les pays avancés des dizaines de millions de gens sont devenus eux aussi des adversaires de la mondialisation. Les sondages (dont celui particulièrement approfondi réalisé par Stanley Greenberg et ses collègues pour l'Institut Roosevelt) montrent que l'organisation du commerce est l'une des principales causes de mécontentement de beaucoup d'Américains, et le même phénomène s'observe en Europe.

Comment la mondialisation qui selon nos dirigeants politiques (mais aussi beaucoup d'économistes) allait être bénéfique à tous est-elle devenue à ce point impopulaire ?

Certains économistes néolibéraux favorables à la mondialisation prétendent qu'elle est effectivement bénéfique, mais en réalité ils n'en savent rien. Pour eux le mécontentement qui se manifeste  relève de la psychiatrie, pas de l'économie.

Mais à voir les statistiques dont on dispose sur les revenus, ce sont peut-être les néolibéraux qui ont besoin d'un psychiatre. Une part non négligeable de la population des pays avancés voit ses revenus stagner : aux USA, hormis les 10 % les plus riches, c'est le cas de l'ensemble de la population depuis plus de 30 ans. Le revenu médian des travailleurs de sexe masculin est plus bas en terme réel (ajusté en fonction de l'inflation) qu'il ne l'était il y a 42 ans. Et au bas de l'échelle, le niveau des salaires est comparable à ce qu'il était il y a 60 ans.

Les difficultés économiques et la désagrégation sociale qui les accompagnent retentissent même sur l'espérance de vie et la morbidité. Ainsi deux économistes, Anne Case et Angus Deaton (ce dernier prix Nobel d'économie 2015), ont montré que l'espérance de vie de certaines catégories de blancs américains diminue. La situation est seulement légèrement meilleure en Europe.

The World’s Opinion Page

Help support Project Syndicate’s mission

subscribe now

Dans son nouveau livre, Global Inequality: A New Approach for the Age of Globalization, Branko Milanovic identifie clairement les grands gagnants et perdants de la période 1988-2008 en terme de revenus. Parmi les gagnants se trouvent les 1% les plus riches de la planète, la ploutocratie mondiale, mais également les classes moyennes montantes des pays émergents. Les perdants (ceux dont les revenus n'ont pas augmenté, ou seulement très peu) se trouvent notamment dans les pays avancés. Il s'agit de leurs classes moyennes et laborieuses ainsi que de ceux qui sont au bas de l'échelle sociale. La mondialisation en est l'une des causes - mais pas la seule.

Dans l'hypothèse d'un marché idéal (qui sous-tend l'analyse économique néolibérale), le libre échange diminue l'écart entre les salaires des travailleurs non qualifiés partout dans le monde. La libre circulation des biens se substitue en quelque sorte à celle des personnes. Importer des produits chinois (dont la fabrication exige beaucoup de main d'œuvre non qualifiée) réduit le besoin en main d'œuvre non qualifié en Europe et aux USA.

S'il n'y avait le coût du transport et si l'Europe ne disposait pas d'un avantage concurrentiel (par exemple en matière de technologie), le libre-échange pourrait conduire les travailleurs chinois à continuer à émigrer aux USA ou en Europe jusqu'à ce que les différences de salaires disparaissent entièrement. Il n'est pas étonnant que les néolibéraux n'aient jamais évoqué cette conséquence de la libéralisation des échanges quand ils prétendaient (mensongèrement) qu'elle bénéficierait à tout le monde.

La mondialisation n'ayant pas tenu les promesses que l'on pouvait en attendre au dire des principaux hommes politiques, la confiance de toute une partie de la population dans "l'establishment" s'en est trouvée ébranlée. Par ailleurs, les Etats ont établi de généreux plans de secours au bénéfice des banques à l'origine de la crise financière de 2008, sans faire grand chose pour la population - ce qui a renforcé l'idée que l'échec de la mondialisation n'est pas seulement une affaire de mauvais jugement économique.

Aux USA, les républicains du Congrès se sont même opposés à une aide aux victimes directes de la mondialisation. Plus généralement, les néolibéraux, inquiets semble-t-il d'un possible effet démobilisateur, se sont opposés aux mesures destinées à protéger les perdants.

Mais ils ne peuvent avoir le beurre et l'argent du beurre : si la mondialisation bénéficie à la majorité, il faut protéger la minorité de perdants. Les Scandinaves l'ont compris il y a longtemps ; cela fait partie du contrat social d'une société ouverte - ouverte à la mondialisation et au changement technologique. Ailleurs les néolibéraux ne l'ont pas compris - et maintenant avec les élections aux USA et en Europe, ils n'ont que ce qu'ils méritent.

La mondialisation n'est évidemment qu'un élément de la situation, l'innovation technologique en est un autre. Cette ouverture et ces bouleversements étaient supposés nous enrichir, mais les gouvernements des pays avancés n'ont pas fait grand chose pour que leurs bénéfices soient plus équitablement partagés.

Au contraire, ils ont favorisé une restructuration des marchés qui a creusé les inégalités et nuit à l'économie dans son ensemble. La croissance a fléchi tandis que les règles du jeu ont été réécrites dans l'intérêt des banques et des entreprises, les riches et les puissants, au détriment du reste de la population. Le pouvoir de négociation des travailleurs a été affaibli. Au moins aux USA, la législation sur la concurrence n'a pas été actualisée assez rapidement, alors que l'on appliquait à tort et à travers les lois en vigueur. La financiarisation s'est rapidement propagée dans la société et la gouvernance d'entreprise s'est dégradée.

Aujourd'hui, comme je l'indique dans mon dernier livre, Rewriting the Rules of the American Economy, il faut à nouveau changer les règles du jeu - notamment pour maîtriser la mondialisation. Les deux grands accords commerciaux auxquels le président Obama veut parvenir (le Partenariat transpacifique entre les USA et 11 pays de la région Pacifique, et le traité de libre-échange transatlantique) vont dans la mauvaise direction.

L'idée force de La grande désillusion est que le problème n'est pas la mondialisation en elle-même, mais son processus. Quinze ans plus tard, c'est ce message dont sont porteurs les nouveaux adversaires de la mondialisation dans les pays avancés.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

http://prosyn.org/3lx3Mm4/fr;
  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.