Pius Utomi Ekpei/AFP/Getty Images

Comment la corruption alimente le changement climatique

LONDRES, BERLIN – Les acteurs de la lutte contre la corruption ont remporté plusieurs victoires majeures en 2016, notamment en œuvrant pour la transparence de l’un des accords les plus corrompus de l’univers des grands groupes pétroliers : l’acquisition du bloc pétrolier offshore nigérian OPL 245 en 2011 par Royal Dutch Shell et Eni, plus grande société italienne. Au mois de décembre dernier, la Commission nigériane contre les délits économiques et financiers a judiciairement mis en cause plusieurs Nigérians impliqués, le parquet italien ayant par la suite achevé sa propre enquête, renforçant la probabilité d’un procès contre les cadres et les entreprises responsables de l’accord.

Quelques mois plus tôt, en juin 2016, l’US Securities and Exchange Commission (la SEC) avait publié un règlement, sous la Section 1504 de la loi Dodd-Franck de 2010, exigeant des sociétés pétrolières, gazières et minières qu’elles communiquent tous les paiements versés à des gouvernements, projet par projet. Si la SEC avait imposé cette règle plus tôt, Shell et Eni n’auraient probablement pas conclu l’accord relatif au bloc OPL 245, puisqu’il leur aurait fallu divulguer les paiements s’y rattachant. Seulement voilà, l’opposition dont a fait preuve le secteur pétrolier a permis de reporter cette règle, de telle sorte que les sociétés ont été en mesure de dissimuler ces paiements.

L’année dernière, pour la première fois en plusieurs millions d’années, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint 400 particules par million (ppm). Bien que l’accord climatique de Paris ait été salué comme une grande réussite lors de sa conclusion en décembre 2015, de nombreux signataires font clairement preuve d’un manque d’ambition dans la satisfaction de leurs engagements de réduction des émissions. Pour en comprendre les raisons, il faut réaliser à quel point nos systèmes gouvernementaux sont captifs de l’influence corruptrice d’un certain nombre d’intérêts particuliers.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/lcW3rQF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.