Carl Court/Getty Images

Arrêter la guerre contre les enfants

LONDRES –Il y a vingt ans ce mois-ci, l'Assemblée générale des Nations Unies recevait un rapport de l'ancienne ministre de l'Education du Mozambique Graça Machel, qui détaillait les effets des conflits armés sur les enfants. En apportant les preuves d'un modèle d'attaques systématiques et ciblées, notamment par le meurtre, le viol et l'enrôlement forcé dans des groupes armés, Machel concluait : « Voici un espace dépourvu des valeurs humaines les plus élémentaires... Il nous semble que l'humanité aura bien du mal à tomber plus bas. »

Machel avait tort. Une génération plus tard, l'humanité n'a pas encore touché le fond de la dépravation morale. Les enfants vivant dans des zones de conflit sont la cible de violences à une échelle sans précédent et le système complexe de dispositions des droits de l'homme des Nations Unies pour les protéger est violé impunément.

Pour le vingtième anniversaire du rapport Machel, la communauté internationale doit mettre un point final à la guerre contre les enfants.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/mLHAwHA/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.