10

Le Qatar embrasse le djihad

ABOU DHABI – Bien que le Qatar soit un petit État, il exerce une influence majeure au sein du monde arabe. En soutenant la violence djihadiste au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et au-delà, tout en appuyant d’un autre côté les États-Unis dans leur combat contre ces djihadistes, ce petit État riche en gaz – pays le plus fortuné de la planète en termes de revenu par habitant – est passé du statut de poids plume régional à celui d’État voyou d’envergure internationale.

Exploitant de généreuses ressources, et mû par une ambition sans limite, le Qatar est devenu l’une des plateformes des mouvements islamistes radicaux. La gigantesque et somptueuse Grande Mosquée de Doha – opulente capitale du Qatar – constitue le point de ralliement d’un certain nombre d’extrémistes sur le chemin du djihad en des lieux aussi divers que le Yémen, la Tunisie et la Syrie. Ainsi le Qatar rivalise-t-il aujourd’hui avec l’Arabie Saoudite – autre État wahhabite disposant d’une richesse de ressources considérables – dans l’exportation de l’extrémisme islamiste.

Plusieurs différences importantes distinguent cependant le Qatar de l’Arabie Saoudite. Le wahhabisme du Qatar est moins stricte que celui de l’Arabie Saoudite ; les femmes qataries sont par exemple autorisées à conduire et à voyager seules. Au Qatar, aucune police religieuse ne fait respecter la moralité, bien que les religieux qataris participent ouvertement à la levée de fonds en faveur de causes militantes à l’étranger.

Ainsi apparaît-il peu surprenant que là où le scléreux gouvernement saoudien applique des politiques réactionnaires, ancrées dans une conception puritaine de l’islam, les jeunes princes du Qatar adoptent une approche orientée vers l’avenir. Le Qatar abrite la chaîne de télévision par satellite Al Jazeera, ainsi que l’Education City, district extérieur à Doha accueillant établissements scolaires, universités, et autres centres de recherche.