101

Adresse aux antimondialistes

NEW-YORK – La victoire probable d'Emmanuel Macron lors du deuxième tour de l'élection présidentielle française le 7 mai a suscité un peu partout un soupir de soulagement. Au moins l'Europe ne va pas suivre la voie du protectionnisme que Trump impose aux USA.

Mais les défenseurs de la mondialisation ne doivent pas sabler le champagne : les défenseurs du protectionnisme et de la "démocratie illibérale" ont le vent en poupe dans beaucoup d'autres pays. Et il y a de quoi s'inquiéter de ce qu'un chauvin déclaré et menteur avéré comme Donald Trump ait pu réunir tant de voix et que la candidate d'extrême-droite à l'élection présidentielle française, Marine Le Pen, soit parvenue au deuxième tour.

Une partie de l'opinion pense que la mauvaise gestion de Trump et son incompétence manifeste devraient suffire à dégonfler le soutien en faveur des charlatans populistes des autres pays. Aux USA, les électeurs de la Ceinture de rouille qui ont voté Trump se retrouveront très probablement en plus mauvaise situation dans quatre ans qu'ils ne le sont aujourd'hui - ce que les électeurs qui font preuve d'un minimum de logique comprennent.

Il serait erroné de conclure que le mécontentement à l'égard de l'économie mondiale (notamment sa manière de traiter une grande partie des classes moyennes et ceux qui en faisaient partie) va diminuer. Si les démocraties libérales développées maintiennent le statu quo, ceux des  travailleurs qui sont victimes de la mondialisation continueront à se sentir marginalisés et beaucoup d'entre eux imagineront que Trump, Le Pen et autres les soutiennent. L'idée que les électeurs s'opposeront d'eux-mêmes au protectionnisme et au populisme n'est peut-être qu'un voeu pieux cosmopolite.

Les partisans du libéralisme économique doivent comprendre que nombre de réformes et d'avancées technologiques qui améliorent en principe le fonctionnement de l'économie laissent certains groupes parfois très importants sur le bord du chemin. Il faut donc prendre les mesures voulues pour que les gagnants donnent des compensations aux perdants. Mais si ces derniers restent sur le bord du chemin, pourquoi soutiendraient-ils la mondialisation et les mesures libérales ? Il est dans leur intérêt de se tourner vers les politiques qui refusent cette évolution.

La leçon devrait être évidente : en l'absence de politique progressiste, notamment un bon niveau de protection sociale et de maintien de l'emploi pour les perdants de la mondialisation, les politiciens comme Trump risquent de s'incruster pour longtemps dans le paysage politique.

Même s'ils ne parviennent pas à réaliser leur programme protectionniste et xénophobe, les conséquences de leur politique seront désastreuses, car ils jouent sur la peur et le chauvinisme et prospèrent sur l'idée dangereuse et pernicieuse du "nous-contre-eux". Trump dirige ses tweets contre le Mexique, la Chine, l'Allemagne, le Canada et beaucoup d'autres - et la liste va sûrement encore s'allonger au cours de sa présidence. Le Pen vise les musulmans, mais sa déclaration récente dans lesquelles elle nie la responsabilité de la France dans la rafle des juifs durant la Deuxième Guerre mondiale révèle son antisémitisme latent.

Il pourrait en résulter des fractures profondes, peut-être même irréparables, dans certains pays. Aux USA le respect envers la présidence diminue du fait de l'arrivée de Trump, et il laissera probablement derrière lui un pays divisé.

N'oublions pas qu'avant les Lumières qui ont promu la science et la liberté, le niveau de vie et les revenus ont stagné pendant des siècles. Mais Trump, Le Pen et les autres leaders populistes incarnent l'antithèse des valeurs des Lumières. Sans la moindre honte, Trump parle de "faits alternatifs", récuse la méthode scientifique et propose une réduction drastique du budget de la recherche, en particulier de la part consacrée au réchauffement climatique qu'il considère comme un canular.

Le protectionnisme auquel appellent Trump, Le Pen et d'autres constitue aussi une menace pour l'économie mondiale. Durant 75 ans, on a essayé de créer un ordre économique mondial basé sur la libre circulation des biens, des services, des personnes et des idées. A la satisfaction de ses partisans, Trump a lancé une bombe dans cette structure.

Compte tenu de l'importance que Trump et ses acolytes accordent aux frontières, les entreprises vont hésiter avant de construire des chaînes d'approvisionnement mondiales. L'incertitude qui va en résulter va décourager l'investissement, en particulier transfrontalier, ce qui va nuire à l'élan en faveur d'un systéme mondial régulé. Moins investis dans ce système, ses partisans seront moins motivés pour le défendre.

Ce sera problématique pour le monde entier. Que cela plaise ou non, l'humanité restera connectée et devra faire face à des problèmes communs tels que le réchauffement climatique et la menace terroriste. Il faut renforcer, et non affaiblir, la capacité et les incitations à coopérer pour résoudre ces défis.

Il y a longtemps que les pays scandinaves ont retenu la leçon de tout cela. Ils ont compris que l'ouverture est la clé d'une croissance rapide et de la prospérité. Mais pour rester ouverts et démocratiques, leurs citoyens ont dû être convaincus que tout va être fait pour éviter qu'il y ait des laissés pour compte.

L'Etat-providence est ainsi devenu part intégrante du succès des pays scandinaves. Ils ont compris que la seule vraie prospérité durable est une prospérité partagée. C'est la leçon qui devrait inspirer les USA et le reste de l'Europe.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz