Addicts et dealers des médias sociaux

NEW YORK – Personne ne pourra dire que nous n’étions pas prévenus. L’investisseur en capital-risque et fondateur de Netscape, Marc Andreessen, a publié en 2011 un essai aux nombreux lecteurs intitulé « Why Software Is Eating the World » (Pourquoi les logiciels dévorent le monde). Mais nous ne l’avons pas pris au sérieux, pensant qu’il ne s’agissait que d’une métaphore. Nous voici désormais confrontés au défi consistant à extraire le monde de la mâchoire du monopole des plateformes Internet.

J’ai été un optimiste de la technologie. Durant mes 35 années de carrière consacrées à investir dans les pépites de la Silicon Valley, j’ai eu la chance de contribuer à l’ordinateur personnel, aux communications mobiles, à Internet et aux secteurs des réseaux sociaux. Parmi les moments forts de ma carrière, j’ai investi dès les premières heures dans Google, Amazon, et compté parmi les mentors du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, entre 2006 et 2010.

Chaque nouvelle vague technologique a augmenté la productivité et l’accès à la connaissance. Chaque nouvelle plateforme s’est révélée plus pratique et plus facile à utiliser que la précédente. Les technologies ont favorisé la mondialisation et la croissance économique. Pendant des décennies, elles ont rendu le monde meilleur. Et nous avons pensé qu’il en serait toujours ainsi.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fJfXtDx/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.