Traders crowd at NYSE Spencer Platt/Getty Images

Glissade boursière à l'horizon ?

NEW HAVEN – Après une période de forte croissance des bénéfices, la Bourse américaine se caractérise aujourd'hui par la combinaison surprenante d'une cotation très élevée et d'une très faible volatilité. Que signifient ces éléments apparemment contradictoires quant au risque d'une glissade de la Bourse, autrement dit d'un marché baissier (bear market) ?

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Pour répondre à cette question, examinons les précédents historiques. Il faut pour cela définir avec précision un marché baissier. Les médias parlent de marché baissier "classique" ou "traditionnel" lorsque la Bourse enregistre une baisse de 20%.

Cette définition est apparue à partir des années 1990, et on ne sait pas qui en est à l'origine. Elle trouve peut-être sa source dans le krach du 19 octobre 1987, le "Lundi noir", jour où la Bourse a dévissé de plus de 20%. On peut imaginer que quelqu'un a utilisé ce terme ce jour-là et que par la suite les journalistes l'ont repris, se copiant les uns les autres.

Quoi qu'il en soit, ce taux de 20% est maintenant largement accepté comme définition d'un marché baissier. Par contre il n'y a pas consensus quant à la durée sur laquelle on mesure cette baisse. Et la plupart du temps, les articles sur le sujet ne la mentionnent pas. Apparemment les journalistes ne jugent pas nécessaire d'être plus précis.

En examinant l'Histoire économique des USA, j'ai défini un marché baissier par une glissade de la Bourse de 20% par rapport au dernier pic au cours des 12 derniers mois. 

En utilisant ma compilation de l'indice composite S&P, j'ai comptabilisé 13 glissades de ce type aux USA depuis 1871. Les pics qui les ont précédées ont eu lieu en 1892, 1895, 1902, 1906, 1916, 1929, 1934, 1937, 1946, 1961, 1987, 2000 et 2007. Deux krachs boursiers connus (en 1968-70 et 1973-74) ne figurent pas sur la liste parce que la baisse s'est étalée sur une longue durée.

Une fois identifiés les marchés baissiers du passé, il fallait examiner le niveau des cotations qui les a précédés. J'ai utilisé pour cela un indicateur que j'ai créé en 1988 avec John Y. Campbell, mon collègue de Harvard, pour essayer de prévoir la rentabilité boursière à long terme. Il s'agit de l'indicateur CAPE (cyclically adjusted price-to-earnings ratio), l'inverse du taux de rentabilité ajusté cycliquement. On l'obtient en divisant l'indice boursier réel (autrement dit ajusté en fonction de l'inflation) par la moyenne des bénéfices sur 10 ans. Plus cet indicateur est élevé, plus faible sont en moyenne les bénéfices. Notre étude montre que l'indicateur CAPE est assez efficace pour prévoir le bénéfice réel sur 10 ans ; mais nous n'avons pas étudié dans quelle mesure il permet de prévoir un marché baissier.

De 1881 à aujourd'hui la valeur moyenne de l'indicateur CAPE était de 16,8. Or ce mois-ci il est légèrement supérieur à 30, ce qui est une valeur élevée, puisqu'il n'a dépassé ce seuil que deux fois au cours de cette période : en 1929 et en 1997-2002.

Cela ne signifie pas pour autant qu'un CAPE élevé n'est pas annonciateur d'une glissade boursière. Au contraire, lors des pics qui ont précédé les précédents marchés baissier, le CAPE était à 22,1 - une valeur supérieure à sa moyenne. Autrement dit le CAPE peut augmenter avant une baisse boursière.

Par trois fois un marché baissier s'est accompagné d'un CAPE inférieur à sa valeur moyenne : après 1916 (durant la Première Guerre mondiale), en 1934 (durant la Grande dépression) et en 1946 (durant la récession de l'après-guerre). Un CAPE élevé signale le risque d'un marché baissier, mais on ne peut en tirer aucune certitude.

Et il y a quelques bonnes nouvelles. Selon les données que j'ai réunies, depuis 1881 la valeur réelle de l'indice composite S&P a augmenté de 1,8% par an en moyenne. Par contre, entre le deuxième trimestre 2016 et le deuxième trimestre 2017, il a augmenté de 13,2%, ce qui est largement supérieur à sa croissance moyenne.

Pourtant une valeur élevée de cet indice ne diminue pas la probabilité d'une glissade. Lors des 13 marchés baissiers recensés, la croissance réelle de l'indice S&P était en moyenne de 13,3%. Et mesurée lors du pic qui a précédé de peu le plus grand krach boursier de l'Histoire (en 1929-32), sa croissance réelle était de 18,3% sur 12 mois.

Autre bonne nouvelle : la très faible volatilité du cours moyen des actions (mesurée par l'écart-type des variations mensuelles de leur cours réel sur les 12 derniers mois). Leur volatilité est actuellement de seulement 1,2%, alors qu'elle était en moyenne de 3,5% par an sur la période 1872-2017, presque trois fois plus.

A nouveau, cela ne signifie pas qu'une glissade des marchés n'aura pas lieu. Effectivement, au cours de l'année conduisant au pic précédant les 13 marchés baissiers américains recensés, la volatilité des actions (3,1% en moyenne) était inférieure à cette valeur de 3,5%, et elle était même de 2,8% en ce qui concerne le krach de 1929.

En conclusion, aujourd'hui la Bourse américaine ressemble beaucoup à ce qu'elle était lors des pics qui ont précédé les 13 précédentes baisses boursières. Cela ne veut pas dire pour autant que la glissade est inévitable : ces épisodes sont difficiles à prévoir et le prochain n'est peut-être pas pour demain. Et même s'il survient, les pertes devraient être inférieures à 20% pour quiconque n'achète pas lors d'un pic pour vendre lors d'un creux.

Mon analyse doit servir d'avertissement contre l'autosatisfaction. Tirant des conclusions erronées du passé, les investisseurs qui prennent trop de risques aujourd'hui pourraient s'en mordre les doigts.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

http://prosyn.org/wY85HgI/fr;

Handpicked to read next

  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now