smiling children Jeff J Mitchell | getty images

Une certaine quantité de bonheur

DUBAÏ – J’ai la grande joie de me joindre à la célébration, cette année, de la journée internationale du bonheur. Mais à vrai dire, ce sont les 364 autres jours de l’année qui concentrent mon attention. Car le bonheur est en quelque sorte mon affaire.

Un certain nombre d’initiatives se sont déjà manifestées de par le monde pour tenter, au-delà du PIB et des données statistiques concernant les écoles ou les lits d’hôpitaux, de mesurer la réussite d’un pays en matière de gouvernance et de développement. Les Émirats arabes unis ont consacré les cinquante dernières années à la construction, ex nihilo, d’une économie, et le gouvernement auquel j’appartiens ne sait que trop combien de tels chiffres, même s’ils montrent que notre développement se poursuit, rendent imparfaitement compte de l’aventure – de ce qu’elle est vraiment.

En 2011, les Nations unies engagèrent les États membres à porter plus d’attention au bonheur et au bien-être dans leurs efforts pour parvenir au développement social et économique ainsi que pour mesurer celui-ci. Depuis lors, nombre de pays se sont aperçu qu’il était parfaitement légitime de placer le bonheur au cœur de leurs objectifs de gouvernance.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/XEBTH2l/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.