42

Une possible riposte majeure de la part de la Chine

NEW HAVEN – L’administration du président américain Donald Trump commet une grave erreur de calcul en s’en prenant à la Chine. L’Amérique semble en effet décidée à imposer au pays une multitude de sanctions économiques et politiques – que ce soit en lui appliquant des droits de douane prohibitifs, en qualifiant la Chine de « manipulatrice monétaire », ou en se rapprochant de Taïwan au risque de balayer 40 ans d’une diplomatie organisée autour du fameux principe de la Chine unique.

Cette stratégie est vouée à se retourner contre les États-Unis. Elle repose en effet sur une conception erronée selon laquelle l’Amérique nouvelle, sûre de sa force, disposerait d’une marge de manœuvre totale face à sa prétendue rivale, et selon laquelle la réaction chinoise vaudrait tout juste la peine d’être prise en considération. Rien n’est cependant plus éloigné de la réalité.

L’Amérique se démarque certes comme l’un des plus grands marchés d’exportation de la Chine – et constitue ainsi un pilier majeur de son impressionnante trajectoire de développement prévue sur 35 ans. Privée du marché américain, la croissance économique chinoise se verrait asséner un coup violent.

Seulement voilà, l’Amérique est elle aussi extrêmement dépendante de la Chine, qui représente actuellement son troisième marché d’exportation, et celui que enregistre la croissance la plus rapide. Détenant par ailleurs pour plus de 1 250 milliards $ de bons du Trésor et autres actifs basés sur le dollar, la Chine joue un rôle absolument crucial dans le financement des déficits budgétaires chroniques des États-Unis – prêtant en effet la majeure partie de son excédent d’épargne à une Amérique qui de son côté échoue lamentablement à épargner suffisamment pour pouvoir soutenir sa propre économie.