Businessmen standing on world map, waving American and Chinese flags PhotoAlto/Milena Boniek/Getty

Sur la voie du désordre économique mondial ?

LONDRES – Le mois prochain, lorsque les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales de plus de 180 pays se rencontreront à Washington à l'occasion des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, ils seront confrontés à un système économique sous tension croissante. Ce système ayant échoué à procurer la prospérité inclusive dont il est capable, il est de plus en plus contesté et fragilisé. Si l'on exclut un changement de trajectoire, le risque de voir l'ordre économique d'aujourd'hui faire place à un désordre économique mondial va aller croissant.

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Le système économique mondial actuel, fondé essentiellement par les USA et leurs alliés au  lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, repose sur des institutions multilatérales -  notamment le FMI et la Banque mondiale. Elles ont été conçues de manière à cristalliser les obligations des pays membres et elles incarnaient un ensemble de bonnes pratiques économiques qui ont abouti à ce que l'on appelle le "Consensus de Washington".

Ce consensus s'enracinait dans un paradigme économique visant à encourager des interactions gagnant-gagnant entre les différents pays en favorisant la libéralisation des échanges, les flux financiers transfrontaliers, la liberté des prix et la déréglementation sur le plan intérieur. Tout cela est très différent de ce qui se passait derrière le Rideau de fer et en Chine durant la première moitié de l'après-guerre.

Pendant plusieurs décennies, ce système international dirigé par les pays occidentaux a bien fonctionné, favorisant la prospérité et une relative stabilité financière. Cette situation a changé sous les coups de butoir d'une série de chocs financiers qui ont culminé avec la crise financière mondiale de 2008. Cette dernière a déclenché une succession de catastrophes économiques qui ont mis le monde en situation de quasi dépression durant plusieurs années. Cela a été la crise économique la plus grave depuis la Grande dépression des années 1930.

Mais la crise n'est pas sortie de nulle part pour menacer un système économique sain. Au contraire, durant une longue période les changements économiques structuraux ont été plus rapides que l'évolution du système mondial - d'autant que les institutions de gouvernance multilatérale ont été lentes à reconnaître tout à fait l'importance de l'évolution du secteur financier et son impact sur l'économie réelle et à faire la place voulue aux pays émergents.

C'est ainsi que les structures de gouvernance (en particulier la pondération des droits de vote au sein du FMI et de la Banque mondiale) correspondent davantage aux réalités économiques d'hier qu'à celles d'aujourd'hui et de demain. Et c'est la nationalité plutôt que le mérite qui est encore le facteur prépondérant dans le choix des dirigeants de ces institutions, ces postes étant encore réservés aux Européens et aux Américains.

La Chine fait des efforts pour concilier ses priorités intérieures avec ses responsabilités au niveau de l'économie mondiale en tant que deuxième puissance économique de la planète. Or cela aggrave l'effet déstabilisateur du refus obstiné de réformer comme il le faudrait la gouvernance multilatérale. Plusieurs autres pays (surtout des pays avancés) n'ont pas modifié leur politique intérieure pour prendre en compte les changements intervenus dans les relations économiques à cause de la mondialisation, de la libéralisation et de la déréglementation.

C'est pourquoi l'équilibre entre gagnants et perdants est de plus en plus difficile à trouver, non seulement sur le plan économique, mais aussi politique et social. Trop de gens se sentent marginalisés, oubliés ou dépossédés. Ils dirigent alors leur colère contre les dirigeants et les institutions, et de ce fait les pressions sur la politique intérieure augmentent, entraînant un repli des pays sur eux-mêmes.

Cette tendance se traduit dans les récents actes de défi visant l'ordre économique : la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain, le retrait des USA du Partenariat transpacifique, la fin de l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE... Tout cela jette une ombre sur l'avenir du système économique mondial.

Le repliement des USA sur eux-même, un processus qui a commencé il y a plusieurs années, est particulièrement lourd de conséquences dans la mesure où il prive la planète d'un leader mondial. Aucun autre pays ou ensemble de pays ne pouvant ou n'étant proche d'occuper cette position, l'avènement de ce que le politologue Ian Bremmer appelle l'ère du G0 [en référence au G6, au G7 et au G20] devient beaucoup plus probable.

La Chine réagit à l'affaiblissement du cœur du système international en accélérant la construction de petits réseaux, notamment autour des structures de pouvoir dominées par l'Occident. Cela inclut la création de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, la prolifération d'accords de payement bilatéraux et la poursuite de l'Initiative Ceinture et Route pour construire des infrastructures reliant la Chine à l'Asie de l'Ouest, à l'Europe et à l'Afrique.

Ces dynamiques accroissent les tensions commerciales et augmentent le risque d'une fragmentation économique. Si cette tendance se poursuit, la configuration économique et financière mondiale deviendra de plus en plus instable. Les risques géopolitiques et sécuritaires augmenteront au moment même où une meilleure coordination transfrontalière revêt une importance cruciale pour faire face aux menaces des acteurs non étatiques et des pays perturbateurs comme la Corée du Nord. A la longue, les risques associés à cette marche vers le désordre économique mondial pourraient avoir de graves conséquences en matière de géopolitique et de sécurité nationale.

Tout ceci n'est pas nouveau. Pourtant, d'une année à l'autre les représentants gouvernementaux présents lors des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale s'abstiennent d'y remédier. Et cette année ce sera sans doute la même chose. Au lieu de discuter de mesures concrètes pour ralentir puis inverser la marche vers le désordre économique mondial, les responsables politiques vont probablement se réjouir du rebond cyclique de croissance et demander aux pays membres de faire davantage contre les obstacles structuraux qui s'opposent à une croissance plus rapide, plus durable et plus inclusive.

C'est tout à fait compréhensible, mais insuffisant. Les assemblées qui vont se tenir en octobre fournissent une occasion privilégiée pour entamer des discussions approfondies sur la manière d'arrêter cette dynamique perdant-perdant qui joue un rôle de plus en plus important dans l'économie mondiale. Plus on attendra pour semer les grains de la réforme, plus il leur sera difficile de prendre racine - et plus grande sera la probabilité de l'émergence d'un désordre économique mondial qui ne fera que des perdants.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

http://prosyn.org/A6Fwvwz/fr;

Handpicked to read next

  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now