Paul Lachine

Vaincre le fléau du sida en Afrique du Sud

ERFURT – En ce qui concerne la lutte contre le VIH/sida, l’Afrique du Sud a pendant longtemps été l’exemple même de ce qu’il ne fallait pas faire. Jusqu’à récemment, la réponse du gouvernement à l’épidémie, qui menaçait de drainer les forces vives du pays, était atone et irréfléchie. Mais au cours des dernières deux décennies, des pressions exercées par des groupes de la société civile, les médias et des politiciens plus éclairés, donnent enfin des résultats. Une maladie qui a causé de grandes souffrances économiques et sociales, et sérieusement diminué l’espérance de vie, semble battre en retraite.

Mais un récent rapport des Nations unies laisse à penser que la lutte de l’Afrique du Sud contre le virus n’est pas prête de se terminer. Ce pays a le taux d’incidence du VIH le plus élevé au monde, avec 5,6 millions de citoyens – plus de 10 pour cent de la population – porteurs du virus. Il enregistre chaque année 300.000 nouveaux cas, et 270.000 décès imputables au virus. Les malades du VIH/sida sont également exposés à d’autres infections : près de 70 pour cent des Sud-Africains malades du sida contractent la tuberculose, de même que la moitié des porteurs du VIH. Pire, un tiers des femmes enceintes – une catégorie de la population très exposée à l’infection du VIH/sida – sont porteuses du virus qu’elles risquent de transmettre à leur bébé à la naissance.

La virulence de la maladie, et la vitesse à laquelle elle s’est répandue, a pris de court de nombreux Sud-Africains. Comme dans les pays développés, les infections par le VIH concernaient initialement les hémophiles, les homosexuels sexuellement actifs, et les toxicomanes par voie intraveineuse. Mais dans les années 1990, et pour des raisons qui n’ont pas été entièrement élucidées, le virus s’est très rapidement répandu à l’ensemble de la population. Le nombre de Sud-Africains infectés (équivalent à la population du Danemark) est plus élevé que ceux du Mozambique, Lesotho ; Botswana, Namibie, Swaziland et Zimbabwe réunis.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/zoRNPy1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.