0

L’effet Lucifer

Pourquoi les gens ordinaires deviennent-ils parfois des bourreauxamp#160;? La transformation la plus extrême est bien sûr celle de l'ange favori de Dieuamp#160;: Lucifer – dont l’histoire a jeté les bases d’enquêtes psychologiques sur des changements humains face à l'influence corrosive de puissantes forces situationnelles.

Présentes dans bon nombre de cadres comportementaux communs, les forces en question dénaturent notre bonté habituelle en nous poussant à adopter un comportement déviant, destructeur ou mauvais. En milieu nouveau et non familier, la boussole morale qui nous guidait correctement jusque là ne préserve plus la façon dont nous pensons, ressentons les choses et agissons.

Chicago Pollution

Climate Change in the Trumpocene Age

Bo Lidegaard argues that the US president-elect’s ability to derail global progress toward a green economy is more limited than many believe.

Ces 30 dernières années, les recherches de mes collègues, ainsi que les miennes, ont montré la relative aisance avec laquelle les personnes lambda peuvent être amenées à adopter un comportement que l’on qualifierait de mauvais. Nous avons soumis les participants à des expériences où de puissantes forces situationnelles – l'anonymat, les groupes de pressions ou la répartition des responsabilités personnellesamp#160;– les ont fait obéir aveuglément à l'autorité et agressé des innocents après les avoir déshumanisés.

Mon dernier ouvrage, The Lucifer Effect: Understanding How Good People Turn Evil («amp#160;L’effet Luciferamp#160;: comment les gentils deviennent des méchantsamp#160;») décrit les transformations radicales survenues chez des étudiants jouant des rôles de prisonniers et de gardiens attribués au hasard dans une prison factice à l'université de Stanford. De plus, il établit un parallèle direct avec les abus commis par les soldats américains à la prison irakienne d’Abou Ghraib, et présente une grande partie des recherches du domaine des sciences sociales faisant ressortir le pouvoir des situations sociales sur les dispositions individuelles.

Ces travaux contestent l’intérêt traditionnellement porté à la nature profonde de l'individu, à ses dispositions et à sa personnalité en tant que facteurs primairesamp#160;– et souvent uniques – à l’origine des échecs humains. Au lieu de cela, je soutiens que si les gens sont bons la plupart du temps, ils peuvent être facilement amenés à agir à l’encontre de la société, puisqu’ils sont rarement des entités solitaires improvisant des soliloques sur la grande scène de la vie.

Au contraire, les individus font souvent partie d’un ensemble d’acteurs composant avec divers accessoires, costumes, scripts et indications de producteurs et metteurs en scène. A eux tous, ils rassemblent les caractéristiques situationnelles qui influencent fortement le comportement. Tout ce que les individus apportent dans les différents cadres compte, de même que les forces institutionnelles agissantes et les forces systémiques qui créent et entretiennent diverses situations.

La majorité des institutions orientées vers l’individualisme considèrent les personnes comme pécheresses, coupables, affligées, démentes ou irrationnelles. Les programmes de changement correspondent soit à un modèle médical d’insertion, de thérapie, de rééducation et de traitementamp#160;; soit à un modèle punitif d'incarcération ou d'exécution. Cependant, tous les programmes de ce type sont voués à l'échec si la principale cause est la situation ou le système et non la personne.

Deux types de transformation radicale sont donc nécessaires. D'une part, il convient d’adopter un modèle de santé publique de prévention de la violence, notamment conjugale, de l’intimidation, des préjugés et de mieux identifier les vecteurs de fléaux sociaux contre lesquels se prémunir. D'autre part, il importe que la théorie juridique revoit dans quelle mesure tenir compte des puissants facteurs situationnels et systémiques en vue de punir les individus.

Bien qu’une grande partie de The Lucifer Effect montre à quel point il est simple pour des gens ordinaires d'être tentés d'accomplir des méfaits ou de rester passifs et indifférents aux souffrances d'autrui, le message fondamental est positif. C’est en comprenant le comment et le pourquoi des actes négatifs que nous serons plus aptes à les dévoiler, à y faire face, à les défier et à triompher face à eux. En nous durcissant au mal, nous empêchons que notre boussole morale ne soit déréglée.

Fake news or real views Learn More

A cet égard, The Lucifer Effect est une célébration de la capacité humaine à opter pour la gentillesse plutôt que la cruauté, l’empathie plutôt que l'indifférence, la création plutôt que la destruction et l’héroïsme plutôt que la vilenie. À la fin de mon ouvrage, j'invite les lecteurs à réfléchir aux stratégies fondamentales pour résister et surmonter les influences sociales indésirables. J'ai introduit la notion de « banalité de l'héroïsme ». Après tout, la plupart des héros sont des gens ordinaires qui entreprennent des actions morales extraordinaires.

Gardant cela à l'esprit, j’évoque l’héroïsme sous un angle situationnel, tout comme je l’ai fait avec le mal : la situation qui enflamme l’ imagination hostile et le mal chez certains d'entre nous inspire l’ imagination héroïque chez d'autres. Nous devons apprendre aux individus, en particulier à nos enfants, à se voir eux-mêmes comme des «amp#160;héros en attente » prêts à mener une action héroïque dans une situation particulière qui ne se présentera qu'une fois dans leur vie.