Group sitting at cafe overlooking the White House

Les nouveaux ennemis de la sphère publique

NEW YORK – Avant les attentats de novembre à Paris, il était permis d'organiser une manifestation sur une place publique dans cette ville. Ce n'est plus le cas. En Ouganda, bien que les citoyens qui font campagne contre la corruption ou en faveur des droits des homosexuels aient souvent été confrontés à une opinion publique hostile, ils n'encouraient pas des peines de prison pour avoir manifesté. Mais sous une nouvelle loi  aussi effrayante que vague, c'est à présent le cas. En Égypte, les autorités ont récemment organisé une descente de police et ont fermé des institutions culturelles de premier plan (une galerie d'art, un théâtre et une maison d'édition), où des artistes et des activistes se réunissaient autrefois.

Partout dans le monde apparemment, l'espace dont les gens ont besoin pour se rassembler, pour s'associer, pour s'exprimer librement et pour exprimer leurs différences d'opinion semble se réduire comme une peau de chagrin. Alors même que la technologie d'Internet et des communications rend l'expression publique plus facile que jamais d'un point de vue technique, l'omniprésence de l'État omniprésent et de la surveillance commerciale veillent sur les limitations des droits d'expression, d'association et de protestation. En bref, s'exprimer ouvertement n'a jamais exigé autant de courage.

En ce qui me concerne, cette évolution me touche de plein fouet. En novembre, l'Open Society Foundations (l'association de philanthropie mondiale de George Soros, que je dirige), est la deuxième organisation à être mise sur liste noire par une législation russe promulguée en mai, qui autorise le Procureur général du pays à interdire les organisations étrangères et à suspendre leur aide financière aux militants locaux. Parce que quiconque collabore avec nous fait potentiellement l'objet de poursuites et de peines de prison, nous n'avons pas eu d'autre choix que d'interrompre toutes nos  relations avec les dizaines de citoyens russes que nous avons soutenus dans leurs efforts visant à préserver les quelques éléments de démocratie dans leur pays.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/O8y9Z2s/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.