Skip to main content

mpaul3_GettyImages_walletcashgauge Getty Images

Un dividende carbone est préférable à une taxe carbone

SARASOTA – Le changement climatique est le problème le plus urgent de la planète et aux États-Unis, la gauche au moins, le prend au sérieux. Plus tôt cette année, la Représentante Alexandria Ocasio-Cortez de New York et le Sénateur Edward Markey du Massachusetts, tous deux Démocrates, ont introduit une résolution de New Deal vert, qui propose un plan directeur pour décarboniser l'économie américaine. Mais bien qu'un nombre croissant de candidats Démocrates à la présidence aient soutenu leur proposition, les centristes Démocrates et les Républicains continuent de se cramponner à une approche politique différente sur la question du climat.

La proposition centriste clé, en accord avec l'opinion dominante de dispense néolibérale, est une taxe carbone. L'idée est simple : si l'on taxe les combustibles fossiles lorsqu'ils entrent dans l'économie, que ce soit à une tête de puits, à une mine, ou dans un port - on peut capter entièrement le coût social de la pollution. Dans le jargon économique, c'est ce qu'on appelle une taxe pigouvienne, ou taxe sur les externalités, parce qu'elle est destinée à corriger un résultat indésirable sur le marché, ce que l'économiste britannique Arthur Pigou a défini comme une externalité négative - dans ce cas, les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique.

En réponse au changement climatique, une taxe carbone est immensément populaire parmi les économistes d'un bout à l'autre du spectre politique et elle a un rôle important à jouer. Mais cela est loin d'être suffisant. Pour décarboniser rapidement l'économie d'une façon qui soit économiquement équitable et politiquement réalisable, il faudra mettre un programme complet à l'ordre du jour du New Deal vert. Cela signifie combiner certaines des politiques axées sur le marché avec des investissements à grande échelle des secteurs public et privé, élaborés avec soin pour être conformes à la réglementation sur l'environnement.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/Ou52dOX/fr;
  1. mallochbrown10_ANDREW MILLIGANAFPGetty Images_boris johnson cow Andrew Milligan/AFP/Getty Images

    Brexit House of Cards

    Mark Malloch-Brown

    Following British Prime Minister Boris Johnson's suspension of Parliament, and an appeals court ruling declaring that act unlawful, the United Kingdom finds itself in a state of political frenzy. With rational decision-making having become all but impossible, any new political agreement that emerges is likely to be both temporary and deeply flawed.

    0
  2. sufi2_getty Images_graph Getty Images

    Could Ultra-Low Interest Rates Be Contractionary?

    Ernest Liu, et al.

    Although low interest rates have traditionally been viewed as positive for economic growth because they encourage businesses to invest in enhancing productivity, this may not be the case. Instead, Ernest Liu, Amir Sufi, and Atif Mian contend, extremely low rates may lead to slower growth by increasing market concentration and thus weakening firms' incentive to boost productivity.

    4

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions