Skip to main content

mahroum12_Sam Tarling_Corbis_Getty Images_migrant workers Sam Tarling/Corbis/Getty Images

Une OPEP pour les travailleurs migrants ?

DUBAÏ – En septembre 1960, les représentants de l’Iran, de l’Irak, du Koweït, de l’Arabie saoudite et du Venezuela se réunissent à Bagdad pour créer l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. À mesure que va s’accentuer la dépendance du monde à l’égard du pétrole, il en ira de même pour la puissance de l’OPEP. Près d’un demi-siècle plus tard, à l’heure où de nombreux pays en voie de développement font office de principaux exportateurs mondiaux de main-d’œuvre – pays dont une majorité se situent au Moyen-Orient – le moment serait-il venu d’envisager la création d’un cartel comparable à l’OPEP en faveur des travailleurs migrants ?

L’OPEP a été un succès dans la mesure où elle est parvenue à préserver les intérêts partagés par ses membres, intérêts que ces pays n’auraient pas pu protéger dans leur individualité. Lorsqu’un marché connaît des distorsions structurelles, les outils politiques et mesures collectives du type de ceux employés par l’OPEP peuvent se révéler plus efficaces que les politiques publiques elles-mêmes.

Les pays aujourd’hui exportateurs de main-d’œuvre ne sont pas si différents que cela des membres fondateurs de l’OPEP dans les années 1960. En effet, ils sont eux aussi vulnérables sur un marché dont leurs clients tirent les ficelles. Bien que les pays riches importateurs de main-d’œuvre et les pays pauvres exportateurs de travailleurs partagent une relation de dépendance mutuelle, les États importateurs de main-d’œuvre ont le pouvoir de resserrer ou d’assouplir les réglementations régissant l’immigration ou le marché du travail, plongeant ainsi ceux qui exportent des travailleurs dans une situation d’incertitude constante.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/02EIiLW/fr;
  1. solana109_robert wallisCorbis via Getty Images_manhittingberlinwall Robert Wallis/Corbis via Getty Images

    The Partial Triumph of 1989

    Javier Solana

    The fall of the Berlin Wall in November 1989 marked the end not of a historical chapter, but of a paragraph. Although capitalism currently has no rival, it has proven its compatibility with illiberal forces.

    0
  2. sachs315_Pablo Rojas MadariagaNurPhoto via Getty Images_chileprotestmanbulletface Pablo Rojas Madariaga/NurPhoto via Getty Images

    Why Rich Cities Rebel

    Jeffrey D. Sachs

    Having lost touch with public sentiment, officials in Paris, Hong Kong, and Santiago failed to anticipate that a seemingly modest policy action (a fuel-tax increase, an extradition bill, and higher metro prices, respectively) would trigger a massive social explosion.

    1

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions