A nurse vaccinates an Indonesian schoolboy  CHAIDEER MAHYUDDIN/AFP/Getty Images

La vaccination contre la pauvreté

GENÈVE – Pour la plupart des gens, le choix entre une maladie mortelle et une vie endettée est tout sauf un choix. Or, chaque année, des centaines de millions de personnes dans le monde entier sont forcées de le faire, en raison du coût prohibitif des traitements médicaux. L’ironie veut que les populations les plus touchées ne soient pas celles avec les plus grosses factures d’hôpital, mais plutôt celles qui vivent dans les régions les plus démunies.

Même si les traitements dans les pays comme les États-Unis sont réputés être très coûteux, les dettes encourues pour des raisons médicales étant l’une des principales causes de faillites personnelles, les habitants des pays pauvres dépensent en fait plus en soins de santé par rapport à leur revenu. Et, puisque l’offre d’assurance médicale est inexistante ou inabordable et que personne n’est à l’abri de la faillite, trop souvent les familles sont poussées dans les affres de la pauvreté.

Pourtant cette tragédie — frappant les gens les plus vulnérables du monde — pourrait, dans bien des cas, être évitée. Une nouvelle étude, publiée en février dans la revue Health Affairs, laisse entendre qu’il y a une autre option : dans la plupart des cas, les frais médicaux peuvent être évités par la prévention, grâce à un recours systématique et abordable aux vaccins.

On sait déjà que les vaccins sont l’une des méthodes les plus efficaces sur le plan des coûts pour prémunir les populations contre la maladie et réduire leur taux de mortalité. La nouvelle étude amène de nouvelles preuves qui soutiennent cette hypothèse. Par une modélisation des répercussions sur la santé et l’économie des vaccins administrés à des enfants pour dix maladies dans 41 des pays les plus démunis, les chercheurs évaluent que de 2016 à 2030, ces vaccins éviteraient 36 millions de morts. Mais leur analyse a également révélé un autre fait : pour la même période, la vaccination empêchera également 24 millions de personnes de tomber dans la pauvreté en raison des coûts des traitements médicaux.

La Banque mondiale définit la « pauvreté » par un revenu de ménage inférieur à 1,90 $ US par jour. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les coûts des soins de santé poussent chaque année presque 100 millions de personnes en dessous de ce seuil, avec une cohorte additionnelle de 150 millions de personnes confrontées à « des frais de traitement désastreux pour leurs finances », définis par une dépense en santé qui gruge 40 % du budget familial, une fois les besoins de base comblés.

Tout cela met en relief le rôle important que la vaccination doit jouer dans la réduction de pauvreté. L’étude signale que les plus grands bienfaits de la vaccination étaient parmi les plus démunis, ce qui laisse entendre que ce sont les plus pauvres qui sont les plus vulnérables et les plus à risque de développer des maladies évitables. Il en ressort aussi que le potentiel des vaccins d’améliorer les vies est plus grand au sein de ces mêmes populations.

What do you think?

Help us improve On Point by taking this short survey.

Take survey

Pour les autorités de pays où les populations disposent de peu de revenus, le moment est opportun, car la vaccination montre la voie sur ce qui pourrait être accompli pour accroître l’équité des soins de santé et réduire la pauvreté en ciblant des hausses de taux de vaccination dans les collectivités plus pauvres et plus marginalisées. De plus, en rendant plus accessibles à tous des soins de santé de qualité, sans considération de revenu, les autorités publiques font un pas important vers un régime de soins de santé à couverture universelle.

Ceci découle du fait que les programmes d’immunisation nationaux peuvent servir de plateforme sur laquelle édifier un réseau de soins primaires. L’immunisation des enfants crée des chaînes logistiques, et des entrepôts frigorifiques. Elle forme des effectifs médicaux et instaure des systèmes de registre des dossiers médicaux, de contrôle des données, la surveillance des maladies et bien d’autres bienfaits. Aussi, lorsqu’une collectivité adopte des programmes d’immunisation des enfants, l’accès à d’autres services n’est jamais bien loin, comme des soins néonataux et maternels, des suppléments nutritionnels, des mesures de prévention du paludisme et des services d’éducation sexuelle et de santé reproductive.

Outre ces bienfaits, les programmes d’immunisation ont une portée immense. Grâce aux organisations de santé mondiale comme l’OMS, l’UNICEF et Gavi, l’Alliance du Vaccin, la vaccination est déjà l’une des interventions en matière de santé la plus accessible jamais réalisée. Avec 80 % des enfants les plus démunis du monde qui font désormais l’objet d’une immunisation systématique — à savoir l’injection de trois vaccins en un contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche —, nous avons déjà en place une plateforme de santé sur laquelle établir la couverture universelle de santé, même dans les pays où ces problèmes de santé publique sont les plus courants.

Et maintenant, comme cette étude l’indique, l’immunisation a un rôle indirect additionnel à jouer. En l’absence d’un service de santé national financé par l’État ou d’une assurance maladie abordable, l’immunisation systématique a des retombées financières profondément positives, car elle évite que des millions de gens aient besoin de se faire soigner en premier lieu, grâce à la prévention des maladies.

Cette étude s’appuie sur de plus en plus d’éléments de preuves que les vaccins sauvent non seulement des vies, mais renforcent également les économies. Des études précédentes ont évalué que chaque dollar investi en vaccins fait économiser 16 $ en coûts de soins de santé, en pertes de salaires et de productivité causées par les maladies ou 44 $ si l’on tient compte des avantages plus larges d’une plus grande longévité et de vies plus saines.

Toutefois, ce que cette nouvelle étude tend surtout à montrer, ce sont les effets concrets des vaccins sur les vies des gens. Pour les quinze prochaines années, les vaccins sauveront des millions de familles des conditions accablantes de la pauvreté extrême. Nous avons maintenant une autre raison de continuer les efforts pour réaliser le potentiel énorme de l’immunisation.

Traduit de l’anglais par Pierre Castegnier

Help make our reporting on global health and development issues stronger by answering a short survey.

Take Survey

http://prosyn.org/0IG936s/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.