The Women's March 'Power to the Polls' Sam Morris/Getty Images

Donald Trump et le déclin de l’influence des États-Unis

CAMBRIDGE – On ne peut nier l’évidence. La présidence de Donald Trump compromet le soft power de l’Amérique, sa « puissance douce ». Seules 30 % des personnes récemment sondées par l’institut Gallup dans 134 pays conservent des États-Unis De Trump une opinion favorable, soit une chute de presque vingt points depuis la présidence de Barack Obama. Le Pew Research Center estime quant à lui que la Chine, avec 30 % d’opinions positives, est quasiment parvenue à la parité avec les États-Unis. Et l’indice britannique The Soft Power 30, a établi que l’Amérique avait rétrogradé de la première place en 2016 à la troisième l’an dernier.

Exclusive insights. Every week. For less than $1.

Learn More

Les thuriféraires de Trump répondent que la puissance douce est sans importance. Le directeur du budget de Trump, Mick Mulvaney, a présenté le « budget d’une puissance dure », qui opère des coupes de 30 % dans le financement du département d’État et de l’Agence américaine pour le développement international. Pour les défenseurs de « l’Amérique d’abord », ce que pense le reste du monde est relégué au second plan. Ont-ils raison ?

La puissance douce repose sur la séduction plutôt que sur la coercition ou la récompense. Elle fait appel à la bonne volonté plutôt qu’à la crainte. Tous les parents savent très bien qu’ils auront plus d’autorité et que celle-ci durera plus longtemps s’ils agissent envers leurs enfants selon des valeurs morales sensées, plutôt que s’ils s’en remettent aux fessées, aux restrictions d’argent de poche et à la confiscation des clés de la voiture familiale.

De même, les dirigeants politiques ont depuis longtemps compris l’autorité que leur confère leur capacité à déterminer un agenda et les cadres du débat. Si je peux obtenir que vous désiriez ce que je désire, je n’aurai pas à vous contraindre de faire ce que vous ne désirez pas. Si les États-Unis représentent des valeurs que les autres pays désirent suivre, ils feront l’économie de la carotte et du bâton. Additionnée à la puissance dure, la séduction peut être un multiplicateur de pouvoir.

La puissance douce d’un pays, ou son influence, provient principalement de trois sources : sa culture (lorsqu’elle séduit les autres), les valeurs qu’il met en œuvre dans sa politique, comme la démocratie et les droits de l’homme (lorsqu’il les applique autant qu’il les défend), et enfin son comportement politique proprement dit (lorsqu’il est considéré comme légitime, parce que déterminé par une certaine humilité et par la prise en compte des intérêts des pays tiers). La façon dont se comporte un État à l’intérieur (par exemple en protégeant la liberté de la presse), dans les institutions internationales (en consultant les autres parties et en favorisant le multilatéralisme) et dans sa politique étrangère (en défendant le respect des droits de l’homme) peut avoir sur les autres États une valeur d’exemple. Dans chacun de ces domaines, Trump est revenu sur des politiques qui rendaient l’Amérique désirable.

Heureusement, l’Amérique ne se résume ni à Trump ni à son gouvernement. À la différence des instruments de la puissance dure (comme les forces armées), nombre de ressources de la puissance douce sont distinctes du gouvernement et ne s’accordent que partiellement à ses objectifs. Dans une société libérale, le gouvernement ne peut contrôler la culture. De fait, l’absence de politique culturelle officielle peut constituer en elle-même une source d’attraction. Des films hollywoodiens comme The Post, qui met en scène une femme indépendante et la liberté de la presse, peuvent séduire, ailleurs dans le monde. Tout comme les œuvres charitables des fondations américaines ou les succès de la liberté de la recherche dans les universités aux États-Unis. 

Il est vrai que les entreprises, les universités, les fondations, les églises et bien d’autres groupes non-gouvernementaux participent d’eux-mêmes à la puissance douce, laquelle peut renforcer les buts de politique étrangère ou se retrouver au contraire en contradiction avec eux. Et toutes ces sources privées d’influence deviendront probablement de plus en plus importantes à l’âge de l’information globale. Raison de plus pour les gouvernements de s’assurer que leurs actions ou leurs politiques renforcent plutôt qu’elles ne décrédibilisent et ne dilapident leur puissance douce.

Intérieures ou extérieures, les politiques qui apparaissent hypocrites, arrogantes, indifférentes au point de vue d’autrui, ou fondées sur une conception étroite de l’intérêt national peuvent ruiner la puissance douce. Ainsi la chute brutale de l’attractivité des États-Unis dans les sondages d’opinion effectués après l’invasion de l’Irak en 2003 marquait-elle une opposition à l’administration Bush et à la politique qu’elle menait, plutôt qu’aux États-Unis en tant que tels.

La guerre d’Irak ne fut pas la première décision de politique étrangère à rendre impopulaires les États-Unis. Dans les années 1970, beaucoup de gens dans le monde s’opposaient à la guerre du Viêt-nam, et la réputation des États-Unis en fut très affectée. Quand cette politique eut changé et que les mémoires se furent apaisées, ils retrouvèrent pour l’essentiel leur influence, qu’ils parvinrent également à rétablir, après la guerre d’Irak, dans presque toutes les régions du monde, à l’exception toutefois du Moyen-Orient.

Les sceptiques auront beau jeu de prétendre que les haut et les bas de la puissance douce américaine n’ont guère d’importance, parce que ce qui détermine la coopération des autres pays, c’est avant tout leur propre intérêt. Mais cet argument néglige un point crucial : la coopération est une question de degré, lequel varie selon l’attraction ou la répulsion. En outre, les effets de la puissance douce d’un pays se font également sentir sur les acteurs non-étatiques – en contribuant par exemple au recrutement des organisations terroristes, ou au contraire en le décourageant. À l’âge de l’information, le succès ira non seulement à l’armée qui aura gagné, mais aussi à l’histoire qui aura convaincu.

L’une des sources les plus fécondes de la puissance douce de l’Amérique réside dans la transparence de ses processus démocratiques. Même lorsque des mesures malavisées réduisent son attractivité, la capacité de l’Amérique à reconnaître ses erreurs et à les corriger rend plus profond encore son attrait aux yeux d’autrui. Lorsque les manifestants défilaient dans d’autres pays contre la guerre du Viêt-nam, ils chantaient souvent We Shall Overcome, l’hymne du mouvement des droits civiques aux États-Unis.

L’Amérique parviendra certainement, elle aussi, à surmonter les obstacles. Le passé nous indique que nous pouvons espérer voir les États-Unis retrouver, après Trump, leur puissance douce.

Traduction François Boisivon

http://prosyn.org/T6bfJis/fr;

Handpicked to read next