21

Les « faits alternatifs » et la politique économique américaine

WASHINGTON, DC – Le président américain Donald Trump a un problème évident avec les données qui ne lui plaisent pas, comme il l’a démontré au cours de sa première journée complète dans le bureau ovale, lorsqu’il a attaqué les médias sur leur description incorrecte de la taille de la foule ayant assisté à son inauguration. Il devrait être tout aussi évident que ce même recours à des  « faits alternatifs » constitue une menace grave dans le domaine de la politique économique.

Le nombre de personnes qui ont assisté à l'inauguration – beaucoup moins que ce que Trump voulait croire – pourrait facilement être déduit des preuves disponibles (y compris les photographies du National Mall et le nombre d’utilisateurs du métro). Or, la discussion s’est maintenant étendue à la question plus grave de savoir si des millions de personnes ont voté illégalement, comme Trump le prétend depuis l'élection. Il a implicitement admis qu'il a perdu le vote populaire par près de trois millions de voix, mais a maintenu, malgré toutes les preuves du contraire, qu’une fraude électorale massive a eu lieu.

Trump appelle à une enquête complète, et les démocrates devraient accueillir favorablement toute possibilité que des experts évaluent soigneusement les faits. Mais il est important de réaliser le vrai danger : Trump n’est pas seul à mépriser la réalité pour en tirer avantage. D'autres éminents républicains, y compris à la Chambre des représentants, ont vécu dans leur propre monde pendant un certain temps.

L'exemple le plus évident est le changement climatique. Une écrasante majorité des scientifiques conviennent que le climat est en train de changer – et que l'activité humaine, y compris les émissions de dioxyde de carbone, joue un rôle. Dans toute enquête scientifique ou non, il y a toujours une certaine marge d'erreur ou de la place pour un désaccord raisonnable. Mais la stratégie républicaine a longtemps été de prétendre que le climat ne change pas ou que tout changement n'a rien à voir avec les gens et leurs voitures, usines et centrales électriques.