Jung Yeon-Je/AFP/Getty Images

La démocratie avant la rentabilité

BOSTON – Ce mois-ci, l’opportunité s’offrira à nous de tracer le chemin vers une société globale plus solide et plus sûre, dans laquelle le pouvoir appartiendrait non pas à une minorité mais au plus grand nombre, et où ceux qui malmènent l’environnement, les droits fondamentaux et la santé publique seraient tenus de rendre des comptes. Et je ne parle pas ici de l’élection présidentielle américaine.

L’élection américaine constitue bien entendu un enjeu considérable. Pour autant, la bataille politique et les innombrables points de vue d’experts qui l’entourent viennent éclipser deux événements absolument majeurs, qui débuteront le 7 novembre, à savoir le rassemblement des parties à la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte anti-tabac (CCLAT) ainsi qu’à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

En surface, le droit international apparaît bien moins spectaculaire qu’une bataille pour la présidence, et peut incontestablement sembler ennuyeux, voire hors sujet. Mais si l’on creuse un peu plus profondément, on découvre une lutte quasi-shakespearienne entre d’un côté la démocratie et de l’autre une cupidité débridée. Lors des deux conférences du mois de novembre, la communauté internationale sera amenée à prendre des décisions qui influenceront l’issue de cette lutte, décisions qui seront également susceptibles d’amorcer la résolution de quelques-unes des problématiques globales les plus controversées actuellement.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/xvcrHCD/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.