Chung Sung-Jun/Getty Images

Le retour de la politique budgétaire

NEW-YORK – Depuis la crise financière mondiale de 2008, les pays développés ont donné priorité à la politique monétaire pour relancer la demande et la croissance et éviter la déflation. Par contre, en raison de déficits budgétaires considérables et du creusement de la dette publique, ils ont largement laissée de coté la politique budgétaire. Nombre de pays on même appliqué l'austérité pour que leur dette reste soutenable. Huit ans plus tard, le moment est venu de changer d'orientation.

Pour stimuler l'économie, les banques centrales n'ont eu d'autre issue que d'appliquer une politique monétaire s'écartant de plus en plus de la voie habituelle. Elles ont commencé par réduire les taux d'intérêt à zéro et elles ont finalement utilisé la communication prospective en s'engageant à maintenir les taux directeurs à zéro sur une période prolongée.

Les unes à la suite des autres, les banques centrales des pays avancés ont mis en œuvre une politique de relâchement monétaire (l'achat massif de titres d'Etat à long terme de manière à réduire leur rendement). Elles ont aussi acheté des actifs privés afin de réduire le coût du crédit pour le secteur privé. Plus récemment certaines autorités monétaires, notamment la Banque centrale européenne, la Banque du Japon et plusieurs autres banques centrales européennes, ont fixé des taux d'intérêt négatifs.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/rDjOLel/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.