6

Mettre la politique monétaire à la portée des citoyens

LONDRES – Le Royaume-Uni a été l'un des derniers pays à adopter l'indépendance de sa banque centrale, car son Premier ministre Margaret Thatcher s'opposait fermement à autoriser des banquiers non élus à contrôler les taux d'intérêt. Elle a notamment affirmé qu'elle ne relâcherait jamais ce contrôle et la Banque d'Angleterre n'en a pas été libérée avant 1997, lorsque le premier gouvernement travailliste de Tony Blair a été élu.

La vieille dame de Threadneedle Street, comme on surnomme la Banque d'Angleterre, a dû attendre sa 303ème année avant de pouvoir prendre ses propres décisions - et avant de commettre ses propres erreurs. Alors que la Réserve fédérale américaine et la Bundesbank allemande étaient indépendantes depuis longtemps déjà, la plupart des autres pays européens leur ont emboîté le pas uniquement dans la perspective de l'établissement d'une union monétaire. La Banque de France, quant à elle, est restée depuis Napoléon « entre les mains du gouvernement, mais de façon moins évidente. »

Durant les 20 dernières années, l'indépendance de la Banque centrale a marqué une sorte de « fin de l'histoire » de la politique monétaire, après les multiples tentatives infructueuses d'autres régimes. Dans les années qui ont précédé la crise financière mondiale de 2008, les banques centrales indépendantes ont réussi à contrôler l'inflation. En outre, les pays ayant d'importants déficits budgétaires ont été particulièrement enthousiastes à l'idée d'une banque centrale indépendante, car ils bénéficiaient de taux d'intérêt à long terme. Les banques centrales qui régulaient également le secteur bancaire ont dû répondre à quelques questions gênantes quant à leur insouciance face à l'expansion rapide du crédit, mais elles ont été largement couvertes d'éloges pour avoir répondu de manière prompte et décisive quand la crise a éclaté.

Mais la période du consensus en matière de politique monétaire touche peut-être à sa fin. Aux États-Unis, le candidat républicain à la présidence Donald Trump a contesté l'indépendance de gouverneurs de la Fed et a précisé qu'il remplacerait rapidement le leadership de la Fed s'il était élu. En Europe, les politiques d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne ont été largement critiquées et le président de la BCE Mario Draghi a récemment dû défendre son approche face à un Parlement allemand très critique.