Banner pro referendum LLUIS GENE/AFP/Getty Images

La démocratie au-delà de l'Etat-nation

WASHINGTON – Selon Dani Rodrik, économiste de l'université d'Harvard, souveraineté nationale, démocratie et mondialisation ne peuvent coexister simultanément. Aussi utile soit-il, le concept de "trilemme politique de l'économie mondiale" que Javier Solana a exploré est  incomplet.

Dans son nouveau livre, Rodrik développe l'idée qu'une mondialisation excessive érode la souveraineté des Etats-nations démocratiques en les soumettant de plus en plus aux forces économiques et financières qui peuvent être en contradiction avec ce que veut la majorité de la population. De ce point de vue, un Etat autoritaire serait mieux adapté à la mondialisation, car il n'est pas tenu par des préoccupations électorales.

Dans un environnement moins mondialisé, un Etat-nation démocratique serait plus libre de ses décisions, car moins dépendant des forces extérieures – notamment des marchés financiers. Mondialisation et démocratie, sans Etat-nation, sont aussi compatibles, même si Rodrik se demande dans quelle mesure des institutions démocratiques peuvent fonctionner à l'échelle mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/MaA2vja/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.