0

Extinction des feux ?

RIO DE JANEIRO – Dès lors qu’il s’agit d’environnement, il ne faut pas compter sur notre bon sens. Notre incapacité à avoir les idées claires en la matière prêterait à sourire si les répercussions potentielles n’étaient pas si graves.

Prenons l’exemple de la campagne « Earth hour », censée sensibiliser la population mondiale au problème du réchauffement climatique en exhortant les citoyens de 27 grandes villes à éteindre les lumières durant une heure. Des dizaines d’entreprises et de municipalités ont participé à l’opération ; même les familles royales du Danemark et de Suède ont plongé leurs nombreux palais dans le noir. Le WWF n’a donc pas tardé à parler de succès retentissant. Les journaux du monde entier ont consciencieusement relaté les histoires émouvantes de fervents environnementalistes au moment où les lumières se sont éteintes.

Pour ne pas gâcher la fête, il semblerait que personne n’ose faire remarquer que l’événement était extrêmement futile, qu’il met en lumière une horrible métaphore et qu’il a causé encore plus de pollution.

Au Danemark – comme par hasard, pays natal du conte « Les habits neufs de l’Empereur » –, les journaux ont joyeusement évoquer le succès écrasant du WWF. Pourtant, l’ensemble des économies réalisées (à supposer que les participants n’aient pas utilisé plus d’énergie dans la nuit pour rattraper le temps perdu) ne représente que dix tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles d’un Danois. Pour chiffrer l’impact évité sur le climat dans un futur indéterminé, l’ensemble des efforts combinés de la Reine, de nombreuses sociétés, de la Ville de Copenhague et d’autres municipalités a fait économiser 20 dollars.