Andrew Brookes/Getty Images

Internet ou Splinternet ?

CAMBRIDGE – A qui appartient Internet ? La réponse est : à personne et à tout le monde. Internet est un réseau de réseaux. Chacun de ces réseaux distincts appartient à des entreprises et à des organismes différents et ils dépendent de serveurs physiques dans différents pays, aux lois et des règlementations variables. Mais sans règles ni normes communes, ces réseaux ne peuvent pas être liés efficacement. La fragmentation, qui signifie la fin d'Internet, est une menace réelle.

Selon certaines estimations, la contribution économique d'Internet au PIB mondial représente 4,2 mille milliards de dollars en 2016. Un « Splinternet » fragmenté coûterait très cher au monde, mais c'est un des futurs possibles décrit le mois dernier dans le rapport de la Commission mondiale sur la gouvernance d'Internet, présidée par l'ancien Premier ministre suédois Karl Bildt. Internet connecte à présent près de la moitié de la population mondiale et un milliard de personnes supplémentaires (ainsi que 20 milliards de dispositifs), qui devraient se connecter d'ici les cinq prochaines années.

Mais une plus grande expansion n'est pas garantie. Dans le cas du pire scénario proposé par la Commission, les coûts imposés par les actions malveillantes des criminels et les contrôles politiques imposés par des gouvernements pourraient faire perdre la confiance dans Internet et réduire son utilisation.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/e2Xmu1z/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.