Solar panels in mountains David McNew/Getty Images

Une solution à notre portée pour le climat

NEW YORK – Le mois prochain, les signataires du Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d'ozone de 1989 vont se rassembler à Kigali au Rwanda, pour réfléchir à un amendement au traité qui réduirait graduellement et éliminerait par la suite l'utilisation des hydrofluorocarbures. Les HFC, qui sont l'un des six principaux gaz à effet de serre, sont utilisés couramment dans les systèmes d'air conditionné et de réfrigération du monde entier.

L'amendement serait un avantage pour le développement durable et pourrait empêcher le dégagement de 100 à 200 milliards de tonnes d'émissions ayant une incidence sur le changement climatique d'ici 2050. Cela suffirait pour que le monde réalise un quart de l'objectif des 2º Celsius de réchauffement climatique fixé par l'Accord sur le climat de décembre 2015 à Paris.

Le Protocole de Montréal a été mis en place pour réparer la couche d'ozone, qui protège toute vie sur la planète contre des niveaux mortels de rayonnement ultra-violet. Jusqu'ici, sa réussite a été totale, avec près de 100 produits chimiques responsables de la destruction de la couche d'ozone éliminés au cours des trois dernières décennies. La couche d'ozone est en train de guérir et selon les dernières estimations, elle pourrait se rétablir d'ici 2065, ce qui peut épargner des milliers de milliards des dollars en coûts globaux pour la santé et l'agriculture.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ZeDin5r/fr;