Africa banking Pius Utomi Ekpei/Getty Images

Un compte pour les laissés pour compte

TORONTO – Dans une mer de sombres nouvelles, il en est une qui laisse pointer une lueur. Les chiffres de la Banque mondiale, qui seront diffusés au printemps, sur le nombre de comptes ouverts par des particuliers auprès des banques et des autres institutions financières montreront probablement une augmentation.

Le dernier rapport Global Findex, publié en avril 2015 par la Banque mondiale, estimait à 700 millions le nombre d’adultes, pour la plupart dans les pays en développement, ayant obtenu l’accès aux services financiers dans les trois années précédentes. Cela représentait une augmentation de près de 21% du nombre total de personnes disposant d’« un compte ». L’accès aux services financiers contribue à ouvrir des voies de sortie de la pauvreté, et toute augmentation de ce chiffre constitue donc pour le développement humain une bonne nouvelle. 

Pour autant, mon organisation ne criera pas victoire lorsque paraîtra le prochain rapport. Quoi que puissent montrer les données de la Banque mondiale, l’intégration bancaire universelle n’est pas pour demain, et les populations les plus pauvres de la planète demeureront longtemps privées de services bancaires.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/A62BSeG/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.