boccaletti9_BERND LAUTERAFP via Getty Images_german floods BERND LAUTER/AFP via Getty Images

Lorsque les digues politiques cèdent

LONDRES – Cet été, des régions entières de l’Europe ont été inondées, tandis que l’Ouest des États-Unis est consumé par la chaleur, les incendies et la sécheresse. Les pays riches découvrent ce que plusieurs pays en développement ont toujours connu : les modifications du climat peuvent rapidement devenir ingérables lorsque la maîtrise de l’eau est défaillante.

Après les catastrophes de cet été, de nombreux responsables politiques, dont la chancelière allemande Angela Merkel et la gouverneure de l’Oregon Kate Brown, ont à juste titre appelé à accélérer la lutte mondiale contre le changement climatique. Toutefois, s’il est urgemment nécessaire de réduire les émissions de gaz à effet de serre, cela ne suffira pas. La perte de la sécurité hydrique de communautés aisées n’est pas seulement la preuve d’un changement climatique, mais également d’un échec politique au sens large.

Au début du XXe siècle, le monde entier était couramment exposé à des conditions climatiques difficiles. L’Ouest américain, par exemple, était essentiellement inhabitable pour les personnes habituées à des climats tempérés. Les immenses vergers de l’Imperial Valley en Californie n’avaient pas encore vu le jour, leurs sols pourtant riches transformés par la sécheresse en une croûte impossible à labourer. Les villes qui occupent aujourd’hui les déserts de la région – San Diego, Los Angeles, Las Vegas, Phoenix – étaient des avant-postes arides qui ne pouvaient en aucun cas subvenir aux besoins de leurs populations actuelles.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/0kvCaoQfr