Un New Deal pour les agriculteurs pauvres

NEW YORK – De nombreux pays pauvres, importateurs de nourriture, ont sombré dans le désespoir ces derniers mois depuis que les cours mondiaux du riz, du blé et du maïs ont doublé. Des centaines de millions de pauvres, qui dépensent déjà une grande partie de leur budget quotidien en nourriture, sont acculés à la misère. Les émeutes de la faim se multiplient.

Cependant, beaucoup de pays pauvres pourraient produire eux-mêmes davantage de nourriture, car le rendement de leurs agriculteurs est bien inférieur à ce que la technologie autorise aujourd’hui. Dans certains cas, des gestes gouvernementaux appropriés pourraient même permettre de doubler ou tripler leur production alimentaire en quelques années.

L’idée est simple et bien connue. L’agriculture traditionnelle utilise peu d’intrants et obtient un rendement modeste. Les paysans pauvres utilisent leurs semences de la saison précédente, manquent d’engrais, dépendent de la pluie plutôt que de l’irrigation et hormis la houe traditionnelle, n’utilisent que peu ou pas d’outils mécaniques. Leurs exploitations sont petites, un hectare peut-être ou moins.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EN8ZV1x/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.