Senior couple running Paul Bradbury/Getty Images

Les inégalités d'espérance de vie

REYKJAVÍK – Tout comme certains d'entre nous vivent plus longtemps que les autres, les pays ont des différences de moyenne d'espérance de vie. Au bas de l'échelle se trouve le Swaziland, le seul pays du monde où un nouveau-né ne peut toujours pas espérer atteindre l'âge de 50 ans. En haut se trouve Hong Kong, où un nouveau-né peut espérer vivre jusqu'à 84 ans.

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Dans les années 1960, on pouvait diviser les pays du monde en deux groupes en fonction de la mortalité. Les pays d'un groupe avaient une faible espérance de vie moyenne, de 28 ans au Mali à un peu moins de 50 ans en République du Salvador. Les pays du deuxième groupe beaucoup moins peuplé ont vu augmenter leur espérance de vie moyenne, jusqu'à 73 ans en Norvège, en Islande, aux Pays-Bas et en Suède.

Depuis Hong Kong a dépassé ce groupe d'Europe du Nord, ainsi que le Japon (84 ans), l'Italie (83), l'Espagne (83) et la Suisse (83). Aujourd'hui la population de Hong Kong peut espérer que ses enfants vivent 17 ans de plus qu'en 1960. Les nouveau-nés japonais peuvent espérer vivre 16 ans de plus et les nouveau-nés islandais peuvent espérer vivre dix ans de plus.

Une grande partie de cette augmentation de l'espérance de vie partout dans le monde est le résultat de la baisse de la mortalité infantile. Et l'augmentation a été plus marquée pour les femmes, qui ont tendance à vivre en moyenne trois ans de plus que les hommes. En Islande, par exemple, l'espérance de vie moyenne pour les hommes et les femmes est de 81 et 84 ans, respectivement.

Mais l'espérance de vie peut également varier considérablement au sein des pays, entre riches et pauvres. Selon une nouvelle étude menée par deux chercheurs du MIT, 1 % des hommes américains les plus riches ont tendance à vivre près de 15 ans de plus que les 1 % les plus pauvres ; et 1 % des femmes américaines les plus riches peuvent espérer vivre dix ans de plus que leurs homologues plus pauvres.

De plus, cet écart s'est creusé au fil du temps. Au cours des 15 dernières années, l'espérance de vie moyenne de 5 % des plus riches Américains a augmenté de deux ans pour les hommes et de trois ans pour les femmes. Au cours de la même période, l'espérance de vie moyenne de 5 % des Américains les plus pauvres a augmenté de seulement trois mois pour les hommes et a à peine augmenté pour les femmes.

Comme le montrent de récents rapports sur la détérioration de l'état de santé de nombreux Américains, cette différence dans l'espérance de vie semble refléter non seulement les inégalités de revenus et de richesses, mais également l'accès inégal aux services de santé. Et pourtant le Président des États-Unis Donald Trump et les Républicains du Congrès semblent vouloir priver 23 millions d'Américains de plus de l'assurance maladie en abrogeant et en remplaçant la Loi sur les soins abordables de 2010 (« Obamacare »).

S'ils réussissent, l'espérance de vie aux États-Unis va très probablement continuer de diminuer par rapport à d'autres pays développés. Entre 1960 et aujourd'hui, par exemple, l'espérance de vie moyenne aux États-Unis a augmenté de 70 à 79 ans, alors qu'en Italie elle est passée de 69 à 83 ans. Alors que l'Américain moyen a vécu une année de plus que l'Italien moyen en 1960, l'Italien moyen vit maintenant quatre ans de plus que l'Américain moyen.

L'espérance de vie moyenne a augmenté plus lentement qu'en Europe en partie parce que de nombreux blancs américains d'âge moyen, depuis 1999, vivent des vies plus courtes, en raison de maladies liées au mode de vie, à des overdoses d'opiacés et à des suicides. En fait, depuis 1981, les overdoses d'opioïdes ont coûté à elles seules presque autant de vies que le VIH/SIDA.

Il est extrêmement rare pour une cohorte importante dans une société moderne de subir un tel recul de l'espérance de vie. Les seules autres occurrences au cours des dernières décennies ont eu lieu en Russie après l'effondrement du communisme et en Afrique après le déclenchement de l'épidémie de VIH/SIDA.

La montée des inégalités n'est dès lors pas seulement une question de revenus, de richesses et de pouvoir : c'est littéralement une question de vie ou de mort. Cela peut expliquer pourquoi les inégalités se sont retrouvées en tête de l'agenda politique des États-Unis et de l'Europe au cours des dernières années. Dans sa campagne des primaires démocrates de 2016, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, un socialiste auto-proclamé, a condamné la montée des inégalités en Amérique et s'est en fait plus approché du titre de président que prévu. Et Trump, tout comme la campagne du « Leave » au Royaume-Uni, a été adopté par de nombreux électeurs qui se sentaient laissés pour compte.

Bien que fondé en 1945, le Fonds Monétaire International n'a commencé que récemment à accorder toute son attention à la répartition des revenus et des richesses dans ses pays membres. À présent qu'il a réalisé que les inégalités peuvent entraver la croissance économique, le FMI a commencé à discuter de la relation entre la croissance et les inégalités avec plusieurs de ses membres.

Certains commentateurs ont dénigré le FMI pour cette nouvelle approche et affirment que les inégalités accrues reflètent simplement le scrutin des citoyens. Mais ceux qui prétendent que les inégalités sont souhaitables s'apparentent à ceux qui affirment que le chômage est toujours volontaire, comme certains économistes persistent encore à le dire.

En fait, lorsque les inégalités augmentent, la démocratie en pâtit, c'est pourquoi la rétrogradation des États-Unis dans un classement notable des démocraties du monde n'est pas particulièrement étonnante. La plupart des gens ne veulent pas être au chômage, ni être laissés pour compte, ni voir leur vie écourtée. Ce n'est que le point de vue de ceux qui manipulent les choix que font les électeurs.

http://prosyn.org/KdeBiHg/fr;

Handpicked to read next

  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now