Peter Kovalev/Getty Images

La Russie et l'Occident, amélioration en vue ?

LONDRES – Les questions de piratage informatique, de scandales sexuels et de possibles chantages ont enterré dans les médias le problème de la relation des pays occidentaux avec la Russie. Les révélations de Christopher Steele, un ancien espion britannique, sur les activités de Donald Trump à Moscou il y a quelques années se révéleront-elles tout aussi peu crédibles que celles concernant les armes de destruction massives qu'aurait détenues Saddam Hussein ? On n'en sait rien, mais ces péripéties ont détourné l'attention du gouffre diplomatique qui sépare la Russie de l'Occident et sur la manière de le combler.

Il est difficile pour un Occidental, même d'origine russe comme c'est mon cas, d'apprécier la Russie de Poutine. Je hais la manière dont son gouvernement utilise la loi sur les "agents de l'étranger" pour harceler, voire fermer des ONG. Je hais les violations des droits humains, les assassinats, les manipulations et les poursuites judiciaires auxquels il se livre pour intimider ses adversaires.

Il est incontestable que la Russie autoritaire d'aujourd'hui est autant le résultat des tensions avec l'Occident que de sa propre histoire et de la menace de désintégration à laquelle elle a été confrontée dans les années 1990.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/JhD1Xqs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.