0

Un monde de moins en moins vert

Je ne rencontre que des gens qui disent aimer les arbres, les adorer même. Pourtant, le comportement collectif de l’espèce humaine donne l’impression que nous détestons tout ce qui est vert. Si vous prenez un peu de recul par rapport à l’écosystème où vous vous trouvez, pour observer la Terre et ses forêts dans leur ensemble tout au long de l’histoire, vous constaterez que la relation entre les humains et les arbres ressemble étrangement à une guerre (d’après le titre de l’ouvrage de Derrick Jensen et George Draffan, Strangely Like War ).

Il est difficile d’évaluer précisément l’ampleur des dégâts, faute de suivi pendant de nombreuses années, mais on estime que 75 % des forêts originelles de la planète ont été abattues ou brûlées. Bien sûr, certaines ont repoussé, ou ont été replantées, mais on pense qu’il ne nous reste que l’équivalent de la moitié de la superficie forestière d’origine.

Par endroits, surtout dans les régions les plus arides de la planète, la déforestation et le pâturage ont été si intensifs que les forêts n’ont pas réussi à repousser. Le paysage a donc été modifié pour toujours.

Quand vous pensez à la Grèce, à l’Italie et à l’Irak, vous imaginez sans doute de grandes étendues arides. C’est vrai aujourd’hui, mais les témoignages historiques nous apprennent qu’elles étaient autrefois couvertes de forêts denses, qui ont disparu à mesure que la civilisation prospérait. Les régions qui ont été “ civilisées ” le plus tôt ont aussi connu la déforestation la plus précoce.