L’attaque bidon sur la science du climat

NEW YORK –A la veille tout comme aux lendemains de la conférence sur le changement climatique de Copenhague en décembre dernier, la science du changement climatique a subi les assauts de critiques soutenant que les climatologues ont délibérément omis certaines preuves – et que cette science est elle-même extrêmement déficiente. Le Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC), un panel international d’experts chargés d’évaluer l’état de la science du climat, a été accusé de partialité.

L’opinion publique internationale est déconcertée par ces attaques. Si les experts n’arrivent pas à s’accorder sur l’existence d’une crise climatique, pourquoi les gouvernements du monde entier dépensent-ils des milliards de dollars pour y répondre ?

Le fait est que les sceptiques, peu nombreux mais agressifs dans leurs attaques, déploient des tactiques qu’ils ont affinées durant plus de 25 ans. Au cours de leur longue campagne, ils ont grandement exagéré les désaccords entre scientifiques afin de faire arrêter toute action contre le changement climatique, le tout financé par des groupes d’intérêt comme Exxon.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/BRHV4u5/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.