Le résultat immoral d'une théorie morale

PRINCETON – Est-il toujours mal d'ôter la vie à une personne innocente ? De nombreux philosophes de la tradition catholique romaine du droit naturel affirment qu'il n'existe aucune exception à cette interdiction, du moins si nous parlons d'ôter une vie intentionnellement et directement, plutôt qu'à titre d'effet secondaire d'une autre action. (Ces théoriciens moraux définissent aussi le terme « innocent » à l'exclusion des combattants ennemis, pour autant que la guerre menée soit juste.)

Lorsque ce point de vue se combine, comme c'est généralement le cas dans la doctrine catholique romaine, avec l'affirmation selon laquelle toute progéniture de parents humains est un être humain dès l'instant de sa conception, il s'ensuit alors nécessairement que l'avortement n'est jamais permis. Mais le cas d'une Salvadorienne de 22 ans, connue des médias sous le nom de Beatriz, rend le caractère absolu de cette doctrine très difficile à défendre.

Beatriz, mère d'un jeune fils, est atteinte de lupus, une maladie auto-immune, ainsi que d'autres complications. Sa première grossesse a été très difficile. Puis elle est de nouveau tombée enceinte. Ses médecins ont alors estimé que plus sa grossesse durerait, plus grand serait le risque qu'elle lui soit fatale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/hhqGTBu/fr;