Wall Street Bull The Fearless Girl Drew Angerer/Getty Images

Au-delà de la stagnation séculaire

NEW YORK – Comme Larry Summers le souligne à juste titre, le terme « stagnation séculaire » est devenu populaire à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Alvin Hansen (et beaucoup d'autres) craignaient que, sans la stimulation fournie par la guerre, l'économie plongerait à nouveau dans la récession ou la dépression. Il y avait, semblait-il, une maladie fondamentale.

Pourtant, cela n'a pas eu lieu. Comment Hansen et d'autres ont-ils pu se tromper autant ? Comme c’est le cas de certains défenseurs de la stagnation séculaire des temps modernes, il y avait des failles profondes dans l'analyse micro et macro-économique sous-jacente – et, de manière encore plus importante, dans l'analyse des causes de la Grande Dépression elle-même.

Comme nous l'avons soutenu avec Bruce Greenwald (et d’autres co-auteurs), la forte croissance de la productivité agricole (combinée avec une forte production mondiale) a entraîné une baisse des prix des produits agricoles – dans certains cas de 75% - au cours des seules trois premières années de la dépression. Les revenus dans les principaux secteurs économiques du pays ont chuté de moitié environ. La crise dans l'agriculture a conduit à une diminution de la demande de biens urbains et donc à un ralentissement général de l'économie.

https://prosyn.org/OsuGcrafr