13

L'insécurité des inégalités

NEW YORK – À l'heure actuelle, les inégalités à l'échelle planétaire se situent à un niveau constaté la dernière fois à la fin du XIXème siècle. Ce niveau continue d'augmenter. S'ensuit un sentiment de dépossession source d'aliénation et de colère, qui engendre même le nationalisme et la xénophobie. Alors que les individus s'efforcent de se cramponner à une part du gâteau de plus en plus petite, leur anxiété crée une ouverture politique pour des populistes opportunistes, qui en profitent pour ébranler l'ordre mondial.

L'écart actuel entre les riches et les pauvres est ahurissant. Oxfam a constaté que les huit personnes les plus riches du monde possèdent autant de richesses que 3,6 milliards des plus pauvres. Comme l'a rappelé dernièrement le sénateur américain Bernie Sanders, la famille Walton, propriétaire de Walmart, détient désormais plus de richesses que la tranche inférieure des 42 % de la population américaine.

J'ai également de mon côté une comparaison bouleversante à formuler. En utilisant la base de données sur les richesses du Crédit Suisse, j'ai trouvé que l'ensemble des richesses des trois individus les plus riches du monde est supérieur à celui de tous les individus de trois pays (l'Angola, le Burkina Faso et la République Démocratique du Congo), qui ensemble représentent une population de 122 millions d'individus.

Évidemment d'énormes progrès dans la réduction de la pauvreté extrême (définie comme la consommation de moins de 1,90 dollar par jour), ont été réalisés au cours des dernières décennies. En 1981, 42 % de la population mondiale vivait dans une pauvreté extrême. En 2013 (la dernière année pour laquelle nous disposons de données complètes), cette proportion est tombée en-deçà de 11 %. Des preuves fragmentaires suggèrent que l'extrême pauvreté se situe à présent maintenant tout juste en-deçà de 9 %.