Cyril Ramaphosa GULSHAN KHAN/AFP/Getty Images

Ramaphosa peut-il sauver l’Afrique du Sud ?

WASHINGTON, DC – La victoire de Cyril Ramaphosa au mois de décembre dans la course à la direction du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, a révélé une volonté retentissante de voir partir le président Jacob Zuma. Il est désormais quasi-certain que Ramaphosa sera élu président de l’Afrique du Sud en 2019 – si ce n’est avant cela. L’homme politique a promis de stimuler l’économie moribonde du pays, et d’appliquer un vaste programme de lutte contre la corruption.

La question majeure est néanmoins de savoir quel impact ce changement au plus haut niveau exercera sur une démocratie sud-africaine en difficulté.

Ramaphosa ne fera sans doute pas de miracles. Il est tout d’abord confronté au défi consistant à réformer son propre parti. L’identité de l’ANC en tant que parti libérateur de l’Afrique du Sud contre le fléau de l’apartheid en 1994 lui a permis de remporter toutes les élections depuis cette année-là. Seulement voilà, l’ANC est aujourd’hui accusé d’incompétence, de déclin moral, et a essuyé plusieurs défaites sans précédent face à l’Alliance démocratique d’opposition au sein de zones urbaines, dans le cadre d’élections locales en 2016.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/mbwrcLA/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.